Beaucoup d’entre nous, en ces temps de confinement, ont été contraint de travailler chez soi. Il y a ceux qui ont leur travail réduit et d’autres qui cela n’ont rien changé du tout à leurs habitudes même à la maison. Saviez-vous qu’un haut degré de contact avec le monde du travail (ordinateurs, téléphones professionnels, possibilité de consulter ses mails à son domicile, etc.) favorise la dépendance au travail ?

« Workaholism » ou « boulomanie »

L’addiction au travail également appelée « workaholism », issue de la contraction de deux mots anglais : « work » (travail) et « alcoolism », ou encore « boulomanie » est de plus en plus présente ces derniers temps à cause du confinement.

Pour certaines personnes, rester chez soi serait un avantage de profiter de sa famille tout en accomplissant au mieux le travail. Pour d’autres, cela ne change rien, ils passent la plupart de leur temps sur leur bureau en enchaînant les mails et appels professionnels.

En effet, les « accros » au travail (ou boulomanes ou workaholics) sont des personnes qui ne peuvent s’empêcher de travailler, qui ont un rythme de travail effréné et un engagement sans limites dans leur travail au point que cela mise à leur santé, leur moral et détériore leur vie de famille.

workaholism
cc: Pixabay

Au départ, ce sur-engagement semble bénéfique à l’entreprise : l’employé est très productif, s’investit dans l’entreprise sans se ménager. Mais en réalité, l’employé puise dans ses réserves et sur le long terme, devient de plus en plus moins productif.

Apprenez à déconnecter

Pour la plupart des personnes souffrant du workaholism et qui ne s’en rendent même pas compte, la connexion permanente chez soi peut être source de maladies et de troubles de travail.

Selon une enquête, 37% des travailleurs utilisent quotidiennement leurs outils numériques pro en dehors des heures de travail, 11% des travailleurs français ont déjà souffert du « burn out », qui a provoqué de différentes maladies comme l’ulcère, dépression, trouble de sommeil, maladies cardiovasculaires.

C’est pourquoi il est très important d’apprendre à se déconnecter. La déconnexion est un droit et un besoin pour votre organisme. Pensez à vous déconnecter de votre messagerie professionnelle : en dehors des heures de bureau, pendant les heures de repas et lors de vos congés.

workaholism
cc: Pixabay

Le principe de Pareto

D’après le principe de Pareto, nommé d’après l’économiste italien Vilfredo Pareto. Il a observé que 80% des revenus italiens profiteraient à 20% de la population de l’Italie. Ce principe révèle que la plupart des résultats, dans n’importe quelle situation, sont déterminés par un nombre réduit de causes.

Il est important de comprendre que dans votre vie, certaines activités (vos 20%) constituent la majeure partie (80%) de votre bonheur, de vos résultats et de votre production. Ce qui compte, ce ne sont pas vos efforts, mais les résultats qu’ils provoquent.

Ce principe de 80/20 vaut presque tout. Les personnes qui réussissent utilise ce principe : 20% d’effort et 80% de résultat. Le temps est la ressource la plus précieuse dont nous disposons. Afin de maintenir votre productivité et votre enthousiasme, vous devez savoir accorder une place dans votre agenda à tout ce qui compte pour vous, et ce n’est pas « que » le travail !

De plus, lorsque vous consacrez votre temps de travail à une tâche, ne tenez pas directement compte du temps qu’il faut, mais tenez directement compte du résultat à atteindre. A vous d’investir votre temps intelligemment pour maximiser votre impact !

Antigone


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: