vol de vanille

Vol de vanille verte – Les producteurs haussent le ton

La valeur et le prix de la vanille ont favorisé la convoitise. Ce qui pousse certains à s’en procurer et piller les producteurs. Dans la capitale de l’or vert, les producteurs luttent contre l’insécurité et protègent leurs biens en mettant en place des comités de vigilance. D’autres installent des pièges mortels.

Aggravation des vols de vanille dans la région

La campagne de collecte de vanille verte débute en général vers le mois de juin ou juillet suivant la maturité et la qualité des gousses. Pourtant, les vols de vanille répandent de bruit dans les quartiers de la SAVA à partir du mois de janvier. La plupart du temps, les larrons profitent de l’absence des propriétaires pour voler la vanille dans les champs. D’autres pillards opèrent durant la nuit.

En effet, la chute des cours après le pic de ces dernières années constitue un problème dans le secteur. Ce qui entraine les vols de vanille sur pied qui s’empire de jour en jour.

« L’année dernière, moi et mon mari étions obligés de rejoindre Antananarivo pour des raisons de santé. Une fois que nous avons quitté notre village, on nous a signalé des vols dans nos champs »

nous a raconté Léonie Odette Razafinjato, productrice de vanille à Marovato Andapa.
Les producteurs de vanille font de leur mieux pour lutter contre l’insécurité. cc : Soahanitra

« Nous vivons de la vanille. Nous possédons au moins cinq parcelles de plantation de vanille et la sécurisation de ces champs nécessite plusieurs personnes. Vous vous faites voler, c’est votre activité tout entière, votre subsistance qui est détruite. C’est grâce à la vanille que nous avons pu construire notre maison, nous avons également acheté une maison à Antananarivo. Raison pour laquelle nous avons installé des pièges (des mécanismes faisant déclencher automatiquement des armes à feu cachées dans les champs) dans nos champs pour chasser les voleurs de gousses. Le seul obstacle pour ces pièges c’est que nous avons besoin de plus d’argents pour acheter les cartouches de balles pour ces pièges »

continue-t-elle.

Des moyens de protection sont nécessaires

Les vols de l’or vert de la région constituent un véritable fléau pour les producteurs. 

« La sécurité garantie la prospérité de notre activité. Ce qui nous pousse à garder nos champs avec l’aide de nos proches en se munissant des armes blanches dont nous disposons (lance pierre, machette, etc.) ne serait-ce juste que pour intimider les voleurs qui sont même armés de fusils »

 a expliqué Gilbert Raveloson et Béatrice Velo, Producteur de vanille et Riziculteur d’Ambodivohitra Marovato à Andapa. 

Toutefois, le chef de famille déplore le fait que ce n’est pas tout le monde dans le Fokontany qui se sent concerné par le problème d’insécurité. Ainsi, des tours de garde avec les comités de vigilance sont organisés dans les quartiers. Pourtant, cela est loin de dissuader les voleurs qui trouvent toujours des occasions pour voler les vanilles. 

« L’année dernière, j’étais victime de vol, mais il est difficile d’évaluer la quantité qu’ils ont volée »

a-t-il indiqué.
Des moyens plus efficace doivent être utilisés pour lutter contre le vol de vanille. cc : Soahanitra

D’autres producteurs relayent les gardes des champs quotidiennement. 

« Un jour de tour de garde pour chaque groupe. Nous avons même installé des guérites dans les champs pour nous abriter. Ainsi, nous aimerions avoir des matériels comme des imperméables pour nous servir durant les tours de garde dans la mesure où nous devons souvent dormir dans les champs » 

a relaté Relin, un producteur d’Antsaboraha Farahalana à Sambava.

En somme, les dispositions prises par les autorités dans les villages ne garantissent pas la sécurité et les vols dans les champs de vanille. Les producteurs déploient avec les moyens nécessaires pour se protéger et défendre leurs biens. 

Selon la loi, le vol de vanille est sanctionné de deux à cinq ans d’emprisonnement ferme quelques soit la quantité volée.  

Soahanitra

0 comments on “Vol de vanille verte – Les producteurs haussent le tonAdd yours →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *