Ayant été retardée par des réunions, je suis passée par le tunnel d’Ambanidia alors qu’il faisait déjà nuit. J’étais attristée de voir des familles, des enfants, des personnes très âgées, … ne pas avoir de maison, même une petite.

English version avalaible on https://www.booknews.today/one-help/

Moi j’étais en voiture, en route pour rejoindre ma maison, un lit chaud et des repas chauds aussi. Je suis sûre que parmi eux, il y a des personnes qui n’ont rien mangé de la journée, et la plupart ou bien tous ne mangent pas sainement. J’ai songé à des aides, aussi je me suis rappelé de ma journée, en parcourant la ville, ayant vu des tonnes et des tonnes de mendiants.

Les SDF et leurs nombreux combats chaque jour

Le terme SDF (Sans Domicile Fixe) s’applique à la plupart des mendiants de la ville. Ils n’ont pas de domicile fixe comme ce terme l’indique. Leur maison à eux c’est soit la belle étoile, soit des maisonnettes en sachet plastique ou en carton, soit derrière les bacs à ordures.

one help
Pour les SDF, chercher de quoi manger s’ajoute à la recherche d’où se reposer la nuit. cc: Pixabay

Pendant ma journée, j’ai rencontré beaucoup d’enfants qui faisaient l’aumône. Des personnes très âgées qui travaillaient vraiment dures. Un vieillard d’environ soixante ans qui tirait une charrette qui devait peser dans les 2500 kilos. Sûrement un dur labeur pour peu de salaire, donc peu de nourriture. Parmi ces personnes, rares sont celles qui ont un toit. Pour moi, mon combat se termine par le fait de gagner de l’argent.

Pour eux, chercher de quoi manger s’ajoute à la recherche d’où se reposer la nuit. Si le combat de nos enfants, c’est d’avoir cours le lendemain, ces enfants qui n’ont pas de domicile, leurs combats c’est de chercher de quoi manger. À cette recherche s’additionne une autre contrainte, où dormir la nuit, comment se protéger des chiens errants ? Pour les SDF, la vie ne leur a pas fait de cadeau.

En plus de leurs problèmes-là, ils doivent aussi faire face aux problèmes de santé dus à des intoxications alimentaires, à la malnutrition, à la fatigue.

Une aide vaut mieux qu’aucune

C’est cet appel que je voudrais lancer aujourd’hui. On n’arrivera jamais à aider tout le monde qui est dans le besoin. Mais si on peut tendre la main à ceux qui sont vraiment dans le besoin, ce serait déjà bien.

Dans un projet national, pourquoi ne pas y mettre des dispositions en faveur des personnes âgées. Pour les permettre au moins d’obtenir des indemnités alimentaires. Voir des vieilles personnes qui doivent se reposer, effectuer de gros et durs travaux comme puiser de l’eau ou laver des linges, ne devrait pas nous être indifférent. Assurons une protection des “Zokiolona”.

On ne pourra pas donner un toit à tout le monde certes. Cependant, nous pouvons toujours aider les SDF que nous rencontrons. Quand nous déchirons exprès les vêtements avant de les jeter, sachez que des personnes démunies vont les retaper pour pouvoir les remettre. Avant de jeter dans des sachets sales les restes de vos nourritures, songez au fait que d’autres personnes vont peut-être les trouver et en faire leur dîner. Assurons aussi des services médicaux gratuits pour les personnes défavorisées.

Des petites aides peuvent toujours améliorer, même un peu, leur qualité de vie.

TSANTA CHICHI TTS.


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: