Dans le but d’aider les ménages dans le besoin en cet état d’urgence sanitaire, l’Etat distribue des Tosika Fameno au niveau des Fokontany. Une aide à destination des ménages les plus vulnérables.

Une aide financière

Selon le FID ou Fonds d’Intervention pour le développement, 270 000 foyers d’Antananarivo, Toamasina et Fianarantsoa ont pu bénéficier du Tosika Fameno. La somme octroyée pour chaque ménage s’élève à 100 000 Ariary.

Entrant dans le cadre du plan d’urgence sociale de l’Etat Malagasy suite à la pandémie de Covid-19 et sous la coordination du ministère de la Population, de la protection sociale et la promotion de la femme, le Tosika Fameno est un appui financier à destination des ménages les plus vulnérables. Une sélection est ainsi effectuée afin de déterminer quels ménages il faut prioriser. L’inscription est à effectuer au niveau du Fokontany. C’est le chef de famille qui s’y inscrit au nom de toute la famille. Les familles sélectionnées doivent répondre à des critères précis par rapport à la vulnérabilité : possession matérielle du ménage, profil du chef de ménage, la composition du ménage et l’état de santé de chaque membre. Ainsi, les ménages les plus vulnérables sont priorisés.

Des plaintes

Une partie de la population se plaint de l’absence de cette aide dans de nombreux Fokontany. Une mère de famille, inquiète et furieuse, témoigne :

« Notre carnet a été déposé auprès du Fokontany il y a de cela 2 semaines. Jusqu’à maintenant, on ne sait pas ce qui en de notre cas. On nous a dit que le carnet sera remis à chaque famille lors de la distribution du Tosika Fameno ce samedi. Nous ne sommes pas rassurés. Personnellement, j’ai peur qu’il y ait des corruptions derrière tout cela. »

Or, selon le discours du Gouverneur d’Antananarivo, Hery Rasoamaromaka, ce 5 Aout, les Fokontany n’ont aucun droit de rassembler et tenir les carnets des familles. Il a poursuivi : « […] les carnets seront tamponnés sur la couverture pour éviter toute tentative de corruption. Des suivis rigoureux seront ainsi effectués pour des partages équitables. Nous ne serons pas cléments avec les responsables et individus qui ne suivront pas les règles imposées. »

Malgré cette annonce, les plaintes ne cessent de croitre. Des familles craignent que ces aides n’arrivent pas jusqu’à elles.

Andriamalala Karinne


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: