Tija, le PDG de la boîte musicale Malagastar Prod, nous révèle sa face cachée. Eh oui! Le PDG que l’on connaît tous grâce à de grandes productions telles que Black Swan ou encore Dadabe Noely, a une vie bien remplie. De la vie de couple à la touchante histoire d’enfance  de Tija, Book News Madagascar passe en revue la vie privée de notre prodige du business. En exclusivité sur Book News Madagascar!

Côté coeur

Depuis plusieurs mois maintenant. Il ne le cache pas et au contraire, semble d’ailleurs très optimiste à l’idée d’afficher sa relation avec la femme qui partage sa vie actuellement. Une petite interview s’impose!

BN: Tija, vous êtes en couple ou célibataire?

Tija: J’ai eu beaucoup de chance de rencontrer cette fille qui aujourd’hui partage ma vie depuis quelques mois.

BN: Des projets? Mariage? Bébé?

Tija: On reste prudent mais ce sont des projets qu’on envisage dans un futur proche, le temps nous le dira bien.

BN: Eh bien! Face au fait que vous êtes une célébrité, comment réagit votre partenaire?

Tija: Cela ne la dérange pas, bien au contraire, elle l’accepte et elle en est fière.. Et de mon côté, ça me pousse à viser plus haut .

BN: Comment gérez-vous la vie de couple et le travail, avec toutes vos casquettes?

Tija: La principale clé est de trouver un juste équilibre. Pour moi cela n’a pas toujours été le cas mais on y est arrivé petit à petit. Il est important de bien faire la part des choses si on veut que cela fonctionne.

Tija, dès son plus jeune âge, a été orphelin. cc: Book News Madagascar

Souvenirs d’enfance

BN: Sinon, on sait que vous étiez orphelin de naissance. Comment c’est arrivé?

Tija: Une jeune fille dont malheureusement je ne connais absolument pas l’identité m’a déposé dans cet orphelinat alors que j’étais encore un nourrison.

BN: Comment en êtes-vous sorti?

Tija: Une généreuse famille française à décidée d’adopter deux enfants, j’en faisait partie, j’ai donc quitté le pays à l’âge de huit mois.

BN: Quels souvenirs en gardez-vous?

Tija: Aucun. Seulement quelques photos de ma nourrice qui me tient dans ses bras. Je reconnais que cette partie de ma vie reste assez floue. D’autre part, je suis très attachée à ma mère (adoptive).

Tija se souvient vaguement de son enfance. Il ignore qui sont ses parents biologiques. cc: Book News Madagascar

BN: Vous parlez rarement de votre père, pourquoi ?

Tija: Malgré ce rapport assez conflictuel durant mon adolescence, c’est un homme que j’admirais pour ses qualités et certaines valeurs qu’il avait. Cela va faire bientôt 5 ans que nous avons pris des chemins bien différents donc je ne trouve pas la peine d’en parler.

BN: De la famille à Madagascar?

Tija: Pour répondre avec honnêteté, je n’ai toujours pas remis les pieds à Madagascar.. Je ne connais aucune personne de ma famille.La dernière fois que j’ai vu le pays s’était en 1991 et j’étais trop jeune. (Rires)

BN: Mais vous comptez revenir ici?

Tija: Oui je compte vraiment venir ici cela me tient à cœur.

Tija
“Comme beaucoup de garçons j’aime les “grosses” cylindrées. J’ai cette sensation de liberté à chaque fois que je tiens entre mes mains un volant”, raconte Tija. cc: Tija

Côté professionnel

BN: Etes-vous diplômé?

Tija: J’ai eu un parcours scolaire dont je suis peu fier. J’ai repassé mon bac trois fois et après sept longues et interminables années de lycée..oui sept.. j’ai enfin pu décrocher mon premier diplôme professionnel en électricité à l’âge de 22 ans.

BN: Et comment vous vous percevez dans ce monde musical, étant un artiste et entrepreneur malagasy à l’étranger et qui a réussi?

Tija: On ne peut pas me considérer comme un artiste à part entière, je suis avant tout manager producteur et récemment entrepreneur. Tant que je le peux, je continuerai à mettre en avant notre culture.

BN: Vous admirez le producteur K’Maro. On sent également le son rap r’n’b dans vos chansons. Pourquoi ce penchant?

Tija: Malgré qu’aujourd’hui j’ai une écoute beaucoup plus variée, j’ai été influencé assez tôt par l’univers rap / r’nb. Je pense que c’est ce qui me correspondais le plus.

BN: Comment vous promouvez la culture Malagasy?

Tija: Le simple faite de produire un artiste ou ne serait-ce qu’à travers le partage, que ça soit sur les réseaux sociaux, via un site internet ou du simple bouche à oreilles. J’ai beaucoup de contact ici en France qui apprécie notre richesse culturelle malheureusement peu médiatisée à l’étranger.

BN: Avec la musique, les véhicules sont aussi présents dans votre vie, d’où vient cette passion?

Tija: Comme beaucoup de garçons j’aime les “grosses” cylindrées. J’ai cette sensation de liberté à chaque fois que je tiens entre mes mains un volant. La voiture reflète l’homme que tu es, comme on dit. Dis moi ce que tu conduis je te dirais qui tu es !

tija voiture
Tija, un amoureux de la musique, mais aussi des voitures. cc: Tija

BN: Racontez-nous une journée dans la peau de Tija ?

Tija: Aucune journée  ne se ressemble mais ce qui est sûr c’est que je commence jamais une journée sans la musique c’est ce qui va faire mon humeur. Le reste de la journée dépendra de la météo, de mon planning et de mes envies. Je passe souvent du temps avec ma mère, je bouge beaucoup dès que le temps me le permets.

BN: Votre  chanson Malagasy coup de cœur du moment ?

Tija: La’Sainte, Hidance Azonto c’est vraiment une chanson que j’écoute beaucoup en ce moment ! C’est vraiment une artiste talentueuse.

BN: Merci beaucoup Tija de nous avoir partagé ses informations assez personnelles. Ce fut une véritable découverte. A bientôt sur Book News Mada!


1 Comment

Entrepreneuriat – De jeunes entrepreneurs malagasy partagent leurs expériences · June 14, 2019 at 2:07 pm

[…] arguments avec le parcours et réussite et Tija, 29ans, jeune entrepreneur malgache fondateur du groupe Malagastar, qui regroupe aujourd’hui Malagastar Prod, la marque vestimentaire MBMG, l’entreprise de […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: