soavimasoandro

Soavimasoandro – Des habitations démolies, leurs habitants dans la détresse

Six maisons doivent être démolies à Soavimasoandro. Les locataires du terrain depuis plus de vingt ans sont obligés de quitter le lieu avant ce samedi. Dans la détresse, les habitants appellent à une considération de la part des dirigeants.

Terrain dégagé demain

Anéanti. Des années de travails, d’économie, d’énergies réduites à néant pour les six (6) toits du Fokontany de Soavimasoandro. En quatre (4) mois, leurs habitations doivent être démolies. Le motif : les terrains ont été achetés.

« C’est bouleversant et tragique, on est perdus. Le tout qu’on a bâti, des années de labeur dorénavant réduit en poussières, » a déclaré Faly, une victime de la démolition d’habitation de Soavimasoandro.

Selon les explications reçues, 5 ares du terrain qui abrite six (6) toits et fait vivre plus de quinze (15) personnes sont démolis, et d’autres encore en cours de démolition.

soavimasoandro
Les démolitions ont déjà commencé depuis novembre 2018. cc: Henintsoa Hani
soavimasoandro
Faly, un des propriétaires des maisons à démolir. cc: Henintsoa Hani

« J’habite ici depuis plus de trente (30) ans et j’ai bien payé ma location de terrain durant ces années. Ici c’est ma vie, j’ai tout commencé ici et aujourd’hui je perds tout ici. Jusqu’à maintenant je n’ai pas trouvé d’endroit où habiter ou héberger mes animaux d’élevages », a ajouté Fanja, une autre victime.

D’après les informations récoltées, le propriétaire a donné quatre (4) mois aux locataires du terrain pour quitter le lieu, et également pour démolir leurs constructions. En effet, les dates prévues pour les déconstructions étaient du 30 novembre 2018 au 31 mars 2019. Mais malgré, l’expiration de la période prévue, quelques habitants sont toujours dans la localité.

« On n’a pas pu finir à terme la démolition de la maison faute du temps, et il reste beaucoup à faire. La moitié de notre logement a été déjà démoli et les biens dedans sont maintenant dans la cour et on a peur qu’avec le temps pluvieux, on risque de perdre quelques matériaux », a expliqué Ralaivao.

 De ce fait, le délai a été étendu de six jours. Pour le samedi 6 avril, le terrain doit être libéré.

Joint au téléphone, Faly, le père de famille de l’un des victimes a affirmé que le terrain est en train d’être clôturé, mais cette dernière dépasse la marge du milieu vendu.

Dédommagement insuffisant

soavimasoandro
Faly et sa famille risquent de se retrouver dans la rue. cc: Henintsoa Hani

Une indemnité de déplacement de de 2.000.000 Ariary a été offert pour les locataires du terrain de Soavimasoandro, une somme que les habitants estiment insuffisant par rapport à leur bien et valeurs de leur construction.

« Cette somme ne nous suffit pas pour tout déplacement et reconstruction. On réclame le dédommagement de nos biens et la valeur de ce qu’on a perdu », a réitéré les habitants victime de démolition.

Les dédommagement ont été payés en deux tranches depuis ces quatre (4) derniers mois. Les locataires sont anéantis par la situation.

« Notre plus grand souhait, c’est d’avoir une parcelle de ce terrain en bord de route pour pouvoir continuer nos activités de commerce quotidiens », a expliqué Fanja. Il a été dit que la plupart de ces futurs sans-abris exercent une activité commerçante sur la route qui relie Soavimasoandro à Alarobia.

La sécurité est remise en question et la crainte est palpable auprès des six toits locataires du terrain.

« Quelques-uns de nos affaires ont été placés à l’extérieur de la maison parce qu’il n’y a plus de place pour les ranger vu que la moitié du logement est réduit en poussière. De ce fait, on n’arrive plus à dormir tranquillement la nuit, car on reste à l’écoute de tout ce qui se passe », a réitéré Ralaivao.

Enquête en cours

Le compte à rebours est démarré pour les six toits de Soavimasoandro qui devront quitter leurs habitations. Le stress est au summum. La crainte envahit l’esprit de chaque famille qui n’a nulle part où aller.

« L’enquête est ouverte pour ce cas », a expliqué Harifidy Rahaingoson, Directeur de communication au sein du Ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux Publics.

Joint au téléphone, il a expliqué que diverses procédures sont à entamer. A l’instar de confirmer si le terrain appartient à l’Etat ou ayant un propriétaire. Dans le cas où le terrain appartient à l’Etat, les enquêtes seront approfondies. Dans le cas où les inégalités sont justifiées, les lois seront appliquées et le titrage du terrain sera également annulé.

Il a aussi réitéré que l’on peut déposer des plaintes auprès du Ministère pour que l’institution puisse analyser la situation.

Henintsoa Hani

0 comments on “Soavimasoandro – Des habitations démolies, leurs habitants dans la détresseAdd yours →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *