Il faut considérer la sécurité et les droits de l’homme dans le secteur extractif. Des échanges et dialogues sont nécessaires.

La sécurité et les droits de l’Homme à priori

Promouvoir la bonne gouvernance et le respect des droits de l’homme dans le secteur extractif à Madagascar. Tel est le thème de la table ronde organisée par le Search For Common Groud ou SFCG, hier à l’hôtel Panorama.

« Cela vise à promouvoir les Principes Volontaires sur la Sécurité et les Droits de l’homme dans le secteur extractif à Madagascar en sensibilisant les acteurs et en favorisant le dialogue sur les principes Volontaires sur la Sécurité et les Droits de l’Homme ou PVSDH », a expliqué Tiana Ravaloson, Directeur du SFCG Madagascar en marge de la table ronde.

« Ils sont composés des hauts fonctionnaires du gouvernement, des représentants d’entreprise extractives, de la société civile et des médias. De ce fait, ils s’échangeront des expériences sur la mise en pratique de ces principes volontaires et discuteront aussi des relations que la compagnie extractive entretient, et ce, d’une part avec les communautés, et d’autre part, avec les forces de l’ordre publique et privée » a expliqué Fidinarivo Ravokatra, ministre des Mines et des ressources stratégiques durant son allocution.

« La table ronde va permettre d’une part de discuter des questions-clés affectant les sites d’extraction minière et pétrolière ainsi que les communautés environnantes. D’autre part, de réfléchir à une stratégie nationale pour la mise en œuvre des principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’Homme à Madagascar », a réitéré le Directeur du SFCG Madagascar.

Les Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’Homme se concentrent sur trois catégories dont l’évaluation des risques, les relations avec la sécurité publique et les relations avec la sécurité privée.

secteur minier à Madagascar
Une table ronde a eu hier à l’Hôtel Panorama, sur la sécurité et les droits de l’homme dans le secteur extractif. cc: Book News Madagascar

Promotion

Le projet se concentre sur quatre régions dont Alaotra Mangoro, Antsinanana, Anosy et Melaky où le SFCG s’est engagé avec les compagnies minières Rio Tinto QMM, Ambatovy et Madagascar Oil et les communautés à contribuer à la gestion pacifique des conflits sur les questions liées à l’exploitation minière et pétrolière.

Le SFCG encourage également les autres compagnies à collaborer et à contribuer sur le projet pour une relation harmonieuse entre une compagnie extractive et la communauté impactée.  

Cinq dialogues communautaires ont été réalisés, trois formations des acteurs locaux sur les principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’homme, six émissions radiophoniques ont été produites de Septembre 2018 à Mars 2019. Et trois comités de suivi de la mise en œuvre des principes volontaires ont été formés.

Henintsoa Hani


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: