Depuis une décennie, la Grande île enregistre le ratio de mortalité maternelle le plus élevé.

Ratio de mortalité maternelle élevée à Madagascar

Depuis 10 ans, la Grande île enregistre le ratio de mortalité maternelle le plus élevé, avec 478 sur 10 000 naissances vivantes. Le taux d’accouchement dans les formations sanitaires est de 38%, selon l’enquête de suivi des OMD 2012-2013.

En 2018, le ministère de la Santé en collaboration avec l’UNFPA a décidé de  prioriser le cadre de la santé maternelle et néonatale en utilisant une cartographie géolocalisée du réseau des maternités de référence SONU pour optimiser le choix des formations sanitaires SONU et maximiser l’accès aux SONU.

avortements à Madagascar
Photo d’archives cc: Pixabay

Le processus a aussi vu l’appui financier de l’Unicef et de la Banque mondiale. Les résultats provisoires de la priorisation SONU menée au niveau des 13 régions de Madagascar sont actuellement disponibles. Ils contribuent à moyen terme à l’amélioration progressive des indicateurs globaux par effet synergique et à long terme d’atteindre la couverture sanitaire universelle.

L’objectif est d’obtenir des décisions consensuelles sur les réseaux de maternités de référence SONU à opérationnaliser dans les 13 régions et sur les stratégies opérationnelles de la surveillance de décès maternel, périnatal et riposte.

Selon les offres de services en SONU, l’une des interventions principales pour réduire la mortalité maternelle et néonatale est de conduire le service de décès maternel, périnatal et riposte. Malgré la sortie d’un décret portant l’institutionnalisat­ion de la pratique de l’audit des décès maternels dans toutes les formations sanitaires pratiquant des accouchements à Madagascar, les revues de décès maternels ne sont pas systématiques et appropriés par les différents niveaux pyramides sanitaires du pays.

Les dernières données disponibles sur la revue des décès maternels remontent en 2012 avec un taux de revue de 44% et 2017, un taux de 32% a été identifié sur 154 décès enregistrés, seuls 50 décès ont fait l’objet d’une revue. Mais le nombre de décès maternels est sous-estimé étant donné que l’année 2016 à elle seule enregistre 566 décès maternels.

Toria Dimbiniaina


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: