Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Dans la région Sofia, 63% des filles mariées avant 18 ans

Book News 0

La Journée internationale des droits des enfants a été célébrée hier, lundi 20 novembre. Dans ce cadre, une stratégie nationale de lutte contre le mariage des enfants a été mise en place par l’Unicef et le gouvernement.

région Sofia
Forcer un(e) mineur(e) à se marier fait partie d’une violation des droits de l’enfant.
cc: Unicef

Dans la région Sofia, 63% des filles mariées avant 18 ans

« L’union précoce et forcée des filles mineures, c’est un choix des parents et c’est un mauvais choix pour l’enrichissement facile et vite des parents pour se débarrasser de leurs responsabilités ».

Tel est le témoignage d’une jeune fille de 17 ans originaire de la région Sofia. En effet, dans cette région, plus de 63% des filles sont mariées, et cela avant l’âge de 18 ans. Ce chiffre démontre à quel point le mariage précoce, mais aussi forcé, est encore un fait existant dans la société malagasy. Non seulement dans le Nord de la Grande île, mais dans toutes les parties du territoire malagasy. Par exemple, dans une tribu dans le Sud de l’île, les jeunes filles sont poussées à se marier dès qu’elles sont en âge de procréer. Face à tout cela, les mineures mariées constituent un facteur d’accroissement de la pauvreté et un blocage au développement économique du pays, car ces mineures deviennent un fardeau pour Madagascar. D’où la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre le mariage des enfants par l’Unicef et le gouvernement malagasy. Historiquement parlant, l’adoption de cette stratégie nationale fait suite à la campagne lancée par l’Union africaine sur le mariage des enfants en 2015. Cette stratégie permettra d’éviter les grossesses précoces nuisant à la vie de nombreuses adolescentes.

« Avec cette stratégie, les enfants seront protégés de l’union, du mariage et de la grossesse précoce », selon l’explication d’Elke Wisch, la représentante de l’Unicef à Madagascar.

Elle a également rappelé que le mariage prive les jeunes filles de leur plein potentiel de croissance et de développement car c’est une violation directe de leurs droits en tant qu’êtres humains et en tant qu’enfants.

« Là où il y a des Notables/Aînés, il ne devrait pas y avoir de mariage d’enfants. Jeunes responsables, avenir de la communauté », selon un enfant de Fénérive Est.

Réduction de moitié du taux de prévalence du mariage d’ici 2024

L’objectif de la stratégie nationale de lutte contre le mariage des enfants est de réduire de 41,2% à 21,2% le taux de prévalence du mariage des enfants à Madagascar en 2024, soit une diminution de 20 points d’ici 2024, selon l’Unicef.  La cérémonie d’adoption de la stratégie a eu lieu hier à Ivato sous l’égide du Ministère de la Population, des partenaires des ministères clés et de l’Unicef, et avec la participation des acteurs de la société civile de toutes les 22 régions de Madagascar. Durant la cérémonie, huit enfants ont partagé leurs recommandations pour cette stratégie nationale.

« Avec la validation de la stratégie nationale de lutte contre le mariage des enfants au Paon d’Or ce jour (cqfd: hier), elles pourront enfin jouer comme tous les enfants et vivre dans la joie innocente de l’enfance, continuer à aller à l’école, ou encore ne plus subir les violences des hommes, ni le forcing des parents ou des leaders traditionnels pour se marier trop tôt. Ce sont des rêves auxquels aspirent beaucoup de jeunes filles consultées tout au long de l’élaboration de cette stratégie, fruit d’un travail de longue haleine et de concertation entre le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, les Ministères sectoriels clés, ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers et la Société Civile », a réitéré le communiqué de presse.

 

Lucas R.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :