Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Trois mois que Peste est là, les victimes ne cessent de s’accroître à Madagascar

Book News 3

Last updated on décembre 1, 2017

Le dernier bulletin du BNGRC sur la situation épidémiologique de la peste à Madagascar est catastrophique. L’hécatombe continue face à cette maladie de la misère, dans la Grande île.

Peste à Madagascar : 610 cas et 63 décès

610 cas et 63 décès ont été enregistrés depuis le début de l’épidémie le 1er août 2017 dernier sur l’ensemble du territoire malagasy, selon le dernier bulletin du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et catastrophes). Déjà trois mois et le bilan est lourd pour le pays qui sombre déjà dans une pauvreté dans précédent. 49 cas de peste ont été enregistrés entre le 11 et le 13 octobre 2017 sur l’ensemble de la Grande île, selon les informations reçues. Ces chiffres font état de toute forme de peste confondue. Parmi les 610 cas figurent des cas déjà guéris et sortis de l’hôpital, des cas probables mais non confirmés, et des cas suspects. Le taux de létalité nationale (nombre de décès par rapport au nombre total de cas notifiés) est de 10,3%.

Aggravation

Toujours selon les informations, actuellement, 38 districts sont touchés par l’épidémie de peste, soit trois de plus que la semaine dernière. Cela démontre une aggravation manifeste de la situation épidémiologique dans la Grande île. De nouveaux cas ont été identifiés positifs ce jour, selon une source anonyme au niveau d’un hôpital de la Capitale. La personne présentait des symptômes tels que la fièvre et des toux fréquents. Des symptômes confondus avec ceux de la grippe. Depuis la propagation de la maladie, une série de mesures a été prise. Notamment la fermeture des écoles dans les districts touchés par la peste.  Une prorogation qui touche déjà à sa troisième semaine, soit près d’un mois de congé forcé pour les écoles de la Capitale et des environs, dont Fianarantsoa, Fénérive Est et Ihosy. Malgré les actions menées par les différentes institutions publiques et privées, dont notamment le ministère de la Santé publique, les mesures prises semblent insuffisantes et les victimes de la peste continuent de se multiplier. Parmi les mesures qu’il faudrait encore prendre : la désinfection de tous les transports en commun, la limitation des allées et venues de la population notamment dans les milieux insalubres, la désinfection des places publiques telles que les marchés par les pompiers et agents communaux, etc. Une discussion est actuellement en cours avec l’Organisation internationale pour la migration (OIM) et plusieurs ministères pour une ébauche de protocoles de fonctionnement et d’organisation de poste de contrôle sanitaire dont la formalisation. Le ministère de la Santé publique et l’OMS planifient la préparation de l’envoi des dotations d’équipements et de matériels spécialisés divers au niveau des 38 districts touchés par la peste. Des dotations qui seront mis à profit des responsables et des personnels de santé au niveau local.

Tiasy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :