À cheval entre le district d’Ambanja  et d’Analalava, le parc National Sahamalaza est une richesse précieuse. Présentant un écosystème complet, il abrite de nombreuses espèces, faunes et flores. Cette aire protégée est exposée à de nombreux dangers dont le principal : l’incapacité à gérer les ressources naturelles. La solution ainsi vue pour pallier à cela : le projet de reboisement.

1 054 000 mangroves plantés

Le Parc national Sahamalaza est situé sur les Iles Radama. Les villageois habitant aux alentours de celui-ci ont entamé un programme de reboisement avec le Ministère de l’Environnement et du développement durable.

Un projet d’envergure étant donné qu’ils ont reboisé au total 1 504 000 propagules de mangroves.

parc national sahamalaza
1 504 000 propagules de mangroves ont été plantés au Parc national Sahamalaza. cc: Photo fournie

Ce projet de reboisement vise à préserver le parc dans un futur proche. Des problèmes de taille seront évités : les pêches illégaux, l’ensablement et le problème de la réduction des pressions s’abattant sur l’aire protégée. Au total, 350 hectares ont été ainsi reboisés.

Ce reboisement est aussi accompagné d’un projet d’encadrement des communautés riveraines. Le but est alors d’améliorer leurs revenus tout en leur dispensant des techniques diverses pour préserver les ressources naturelles à disposition.

Mobilisation de la communauté locale

Toujours dans le but de conserver cet écosystème, la communauté locale se mobilise en prenant conscience de l’importance du parc.

La royauté locale, via le printsy ARANA IV, évoque ainsi l’importance des mangroves. Occupant une place importante dans la société, le prince, Président d’honneur du COSAP ou Comité d’Orientation et de Soutien à l’Aire Protégée, conforte la mobilisation avec le thème : « Honko voleko niany, tavandraiko amaray ».

Dans cette même perspective, l’action est promue pour assurer un meilleur avenir. En effet, la forêt de mangroves assure la survie des crabes, concombres de mer et crevettes car elle constitue leur habitat naturel. Plus qu’une mobilisation, le reboisement du parc redore aussi la notoriété du pays. Madagascar veut ainsi retrouver son nom d’île verte et mettre en avant l’importance de cette action de Madagascar National Parks.

Rappelons que le Parc national Sahamalaza a été labélisée site Ramsar et Reserve Biosphère de l’Unesco.

Karinne


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: