Le PACFC, un projet portant sur le désenclavement de la partie Sud de Madagascar avec un financement de à la hauteur de 39 millions d’euros, vient d’être signé par le Gouvernement malagasy.

Désenclavement

« Plusieurs régions de la partie Sud de l’île n’auront plus les difficultés liées à l’enclavement, pour avoir accès au service de santé ou encore pour l’écoulement des produits agricoles », a fait savoir Giovanni Di Girolamo, Chef de délégation de l’Union Européenne(UE) à Madagascar à l’occasion de la cérémonie de signature d’accord du Projet d’Aménagement de Corridorset de facilitation du commerce (PACFC), mardi, à Antaninarenina.

A cette occasion, le désenclavement et le projet de construction des routes nationales RN9 et RNT-12A ainsi que l’établissement de deux corridors sur les façades maritimes du Sud-Ouest avec le port de Toliara et du Sud Est avec le port de Taolagnaro ont été évoqué dans le PACFC. 

Le renforcement de capacité des PME est également prévu dans ce projet. Il est de même pour le cas des soutiens des institutions en charge de l’import- export pour la facilitation des échanges avec le continent africain.

« La finalité des grands projets d’infrastructure porte sur l’amélioration de la condition de vie de la population à travers la fluidité du transport, de la connectivité et du commerce, comme c’est le cas dans ce projet », a indiqué Hajo Andrianainarivelo, Ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP). Avant de poursuivre que « tout au long de l’année 2019, l’Etat Malgache a signé jusqu’à 500 millions d’USD d’accord de financement dans le domaine de l’infrastructure ».


De gauche à droite.  Di Girolamo, chef de délégation de l’Union européenne à Madagascar, Mohamed Cherif, représentant de la Bad à Madagascar et Richard Randriamandranto, ministre de l’Economie et des finances. cc: Photo fournie

Bénéfice populaire

A terme, ce projet permettra de débloquer les potentiels économiques des quatre régions du Sud dont Atsimo andrefana, Androy, Anosy et Atsimo Atsinanana dont la population est estimée à plus de 3,36 millions d’habitants. 

Selon les bailleurs, 300 000 personnes auront été formés dans le respect des normes et de la qualité exigée sur le marché, d’ici 2024.

Le PACFC a été approuvé en 2018 par le Conseil d’administration de Banque africaine de développement (Bad). Il porte sur un coût total de 150,78 millions d’Unité de compte (près de 217 millions (USD). Le financement de ce projet est constitué d’un prêt de 90 millions d’USD de la Bad, d’un don de 45 millions d’USD de l’Union européenne et d’une contribution de l’Etat Malgache à hauteur de 7,85 millions d’USD.

Soahanitra


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: