La deuxième édition du Meet up Agile Tana coorganisée par Passion for Humanity et Bocasay s’est déroulée Samedi 26 Janvier dernier au Workshop Idea Center Ankorondrano. Des intervenants issus du milieu informatique ont partagé connaissances et expériences devant une salle comblée.

Une méthode efficace en pratique

« Les échanges étaient plus animés et les participants plus dynamiques. On sent qu’ils sont vraiment dans la pratique. Peut-être que ce sont tous des gens qui travaillent dans le secteur ». Confie avec enthousiasme Landy Rafalimanana de Passion for Humanity Madagascar, organisateur de l’évènement. Et comme secteur, on entend surtout celui du développement informatique. C’est en effet pour les entreprises qui produisent des applications, des logiciels, des sites web ou d’autres outils de ce genre suivant les commandes des clients, que la méthode Agile a été créée.

Cependant, une des participantes affirme qu’on peut bien être agile dans d’autres domaines. Miray Lalaina est responsable audit interne chez Materauto. Elle dirige une équipe de six personnes et les contrôles de processus, la vérification des comptes ainsi que les inventaires des stocks constituent leur quotidien. « J’ai entendu par hasard la méthode Agile d’un ami qui ne tarissait pas d’éloge à son égard. Je me suis alors commencée à me documenter et je voulais l’appliquer au bureau. Après quelques semaines, je sentais déjà l’amélioration de notre productivité, et en plus les membres de mon équipe semblent plus épanouis. » Confirme-t-elle.

Après les interventions, les échanges d’expériences
cc : Ando Nantenaina

Le Product Owner : l’homme fort de la situation

Cette deuxième édition portait sur le thème : « Product Owner et gestion de produit ». « Avec la méthode Agile, on parle plus de PRODUIT que de projet. Raisonner en produit est surtout un état d’esprit à adopter. » Explique Narijaona Rabiaza, Product Owner -ERP chez Bocasay. Cela permet d’être plus flexible dans la gestion et d’appréhender le produit de façon évolutive et ajustable selon le feedback du client.

Narijaona Rabiaza expliquant la différence entre Projet et Produit
cc : Ando Nantenaina

Ainsi, celui qu’on appelait anciennement le chef de projet devient maintenant le Product Owner. Différent d’un manager qui interfère parfois dans les travaux de son équipe, « je comparerais plutôt le PO à un chef d’orchestre et l’équipe technique serait les musiciens » affirme Victor Breelle, Product Owner chez Hellotana. Le métier de PO consiste en effet à discuter d’abord avec le client pour recueillir les détails concernant le produit et comprendre les attentes de celui-ci. Ensuite, le PO dresse le Backlog (la liste des tâches à exécuter pour la réalisation du produit) qu’il découpe en plusieurs User Stories (les descriptions précises des fonctionnalités à développer). Après, l’équipe s’organise pour se départage les User Stories selon les compétences des membres. Un point essentiel à retenir : le PO accorde tout sa confiance à son équipe. En fait, l’User Story correspond à un objectif que chaque développeur se fixe et le choix de la meilleure méthode pour l’atteindre dans les délais avec la qualité attendue lui incombe.

Le maestro et ses musiciens, par Victor Breelle
cc : Ando Nantenaina

Les intervenants et les participants qui ont partagé leurs expériences ont été d’accord sur l’importance du Product Owner. Il est sans conteste la clé de voûte de la méthode Agile, il ne joue pas seulement le rôle de passe-plat entre le client et les développeurs.

Agile : une méthode orientée client et utilisateur

L’interaction avec le client engendre parfois problèmes à cause de la différence de priorité, de langage et de milieu. Les clients exigeants, hargneux, indécis et versatiles sont monnaies courantes dans le domaine de l’informatique. Il y a même des clients qui vont jusqu’à dire : « Je ne sais pas vraiment ce que je veux, je l’ai dans ma tête mais je ne sais pas comment le dire. Je voudrais que vous le deviniez et l’exprimiez ». La gestion de produit nécessite donc une grande flexibilité et une aptitude à travailler sous pression. Ainsi Mbara Ralaimanampisoa, PO chez Bocasay, a apporté ses précieux conseils pour la gestion de changement en trois points : prioriser, déléguer et savoir dire non.

L’équipe d’organisateurs de chez P4H et Bocasay cc : Ando Nantenaina

Il faudrait également exiger une discussion avec un utilisateur final car c’est celui qui connait mieux le produit et donc plus apte à décrire en détails les fonctionnalités et les détails nécessaires. Faire tester le produit livré par un utilisateur serait l’idéal afin de recueillir ses feedbacks et apporter des ajustements.

Meet up Agile Tana 2 : les participants, les intervenants et les organisateurs
cc : Ando Nantenaina

Les conférences ou ateliers de ce genre sont toujours une opportunité pour s’échanger les bonnes pratiques, enrichir sa connaissance et aussi élargir son réseau. Si les termes Backlog, User Utility, Sprint Planning, SCRUM, Product Owner vous parlent déjà ou si vous voulez  apprendre davantage sur le sujet, ne ratez pas la prochaine rencontre sur la méthode Agile en Avril 2019 avec une nouvelle édition tous les trimestres.

Ando Nantenaina


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: