La cinquième édition du dialogue économique Madagascar – Union européenne s’est tenu le Lundi 6 mai dernier dans la Capitale. Présidée par l’Ambassadeur et le Chef de délégation de l’Union européenne, Giovanni Di Girolamo, cette table ronde a vu la participation d’une centaine de personnalités publiques et privées, discutant autour du thème de cette année qui a été « Pour un nouvel essor des entreprises malgaches.»

Les entreprises malagasy ont pu s’exprimer

La cinquième édition du dialogue économique Madagascar – Union européenne s’est tenu le Lundi 6 mai dernier à Anosy. L’événement a permis aux représentants du secteur privé d’exprimer leurs préoccupations concernant les contraintes rencontrées dans l’environnement des affaires et le climat des investissements et de formuler des recommandations en vue d’y remédier et d’améliorer la compétitivité des entreprises malagasy.

Il a aussi permet au secteur public de présenter les orientations de la politique du gouvernement en matière économique et commerciale et de faire part des réformes effectuées, en cours et programmées. La table ronde économique contribue ainsi à la démarche Dialogue public-privé (DPP).

Ainsi, « Pour un nouvel essor des entreprises malgaches », le sujet de cette année a voulu répondre à un double constat à savoir d’une part, les entreprises locales situées dans les régions se sentent souvent isolées, voire marginalisées par rapport à leurs homologues de la capitale et d’autre part, le mécanisme du DPP mis en place par l’État ne semble pas aboutir à suffisamment de résultats concrets.

Cette première partie du rencontre a pour objectif d’énumérer les moyens qui pourraient assurer une meilleure contribution des entreprises des régions au développement inclusif de Madagascar. Trois orientations ont été recensées à savoir une émergence des entreprises locales, une nouvelle dynamique dans l’implication des organisations intermédiaires des régions en appui au développement et enfin une approche intégrée de l’appui aux PME et aux chaines de valeurs.

La seconde partie de ce rencontre, dédiée au mécanisme du dialogue public privé se proposait d’analyser la mise en œuvre d’une approche pragmatique du DPP. Ainsi, elle visait à définir les moyens de mobiliser le secteur privé pour « parler d’une seule voix » sur des thématiques consensuelles et prioritaires aux niveaux tant national que régional et/ou sectoriel et à identifier des pistes en vue d’améliorer l’échange.Tables rondes économiques Madagascar –Union européenne

Organisées par le programme Procom, appuyé directement par l’Union européenne les 5 éditions des tables rondes économiques depuis 2015, traite toujours des thèmes à l’amélioration de l’environnement des affaires et de la compétitivité des entreprises. Il en a également assuré le suivi selon des modalités diversifiées, parmi lesquels on peut citer l’organisation de deux assises de l’entreprise portant respectivement l’une sur la fiscalité et la douane et l’autre sur l’exportation et l’intégration régionale, l’animation de deux séries de formations en matière fiscale et douanière dans la capitale et dans 8 villes sur des régions ainsi que de forums du secteur privé dans les régions de Diana, Atsinanana et Analanjirofo et bien d’autres encore, la réalisation d’études en vue d’améliorer l’environnement juridique et judiciaire des affaires, la conduite d’études de chaînes de valeur prioritaires pour le développement de Madagascar.

Toria Dimbiniaina

Categories: Economie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: