Cela fait 10 ans le 14 novembre 2018 que l’ANGAP a été renommée « MNP » ou Madagascar National Parks. Depuis ces 10 ans, une grande évolution a été observée. Parmi cela, le développement de la collaboration avec les populations vivant autour des sites.

Développement économique des communautés

Cogestion. Le concept de cogestion des aires protégées avec les populations vivant autour des sites fait partie des axes stratégiques de la Madagascar National Parks (MNP). Pour ce faire, les Comités locaux des parcs (CLP) et le Comité d’orientation et de soutien à l’aire protégée (Cosap) ont été mis en place.

Avec leur soutien, la MNP a appuyé le développement des communes riveraines à travers la construction de plus de 80 infrastructures: écoles, micro-barrages et canaux d’irrigation, adduction d’eau potable, bloc sanitaire public et autres infrastructures à utilité sociale.

Madagascar National Parks

Une infrastructure construire par la Madagascar National Parks.
cc: Madagascar National Parks

Plus de 28 000 ménages ont bénéficié de 971 microprojets financés par la MNP et ses partenaires. Des projets basés sur les petits élevages, les cultures de rente, l’artisanat, les cultures vivrières et maraichères. Les acteurs dans communautés locales,  dont les guides touristiques, ont bénéficié d’un salaire leur permettant de subvenir à leurs besoins.

Madagascar National Parks a également apporté des améliorations aux parcs nationaux afin d’offrir des services et infrastructures de qualité aux touristes.

« A travers un investissement de plus de 3 milliards d’Ariary, elle a contribué au désenclavement de 9 Parcs nationaux par la construction ou la réhabilitation de pistes d’accès, de ponts et de passerelles. En addition, des bureaux, postes d’accueil et centres d’interprétation ont été construits à hauteur de plus de 500 millions d’ariary », a-t-on appris du communiqué de presse.

Madagascar National Parks

Le lac Ravelobe fait partie des sites les plus appréciés au sein du Parc national Ankarafantsika.
cc: Madagascar National Parks

Développement social

Sur le plan social, 361 Fokontany aux alentours des 10 Parcs et réserves ont bénéficié de retombées directes d’un projet d’appui au développement, dénommé Plan de Sauvegarde Sociale et Environnementale.

« Le but de ce projet est de compenser les pertes de revenus engendrées par la création d’Aires protégées par la mise en œuvre de sous-projet de développement », a-t-on appris du communiqué de presse.

D’autres projets sociaux tels que le projet Pêche Côtière Durable, l’électrification rurale ainsi que l’autonomisation des femmes à travers le Barefoot Collège font partie des nombreux projets de développement menés par Madagascar National Parks afin de soutenir les communautés locales.

« Les Aires Protégées gérées par Madagascar National Parks ont été aménagées de façon à ce que l’écotourisme basé sur la préservation de la nature, le développement socio-économique des communautés et la valorisation des traditions locales, soit au cœur de chaque action élaborée et menée en faveur des populations vivant autour des sites » souligne le Directeur Général de Madagascar National Parks, Guy Suzon Ramangason.

10 ans de dénomination de la MNP

L’ANGAP ou Association nationale pour la gestion des aires protégées a été renommée « Madagascar National Parks » il y a de cela 10 ans,  le 14 novembre 2008. Ce changement de dénomination avait pour objectif d’affirmer et développer l’identité distinctive de Madagascar National Parks et de ses 43 Aires protégées. L’engagement reste le même : « Conserver et gérer de manière durable les Parcs Nationaux et Réserves de Madagascar ».

Malgré les périodes difficiles qu’a traversées le pays au cours de ces 10 dernières années, le nombre de visiteurs au sein des Aires protégées gérées par la MNP a enregistré une hausse de 55 000 visiteurs, passant de 135 630 visiteurs en 2008 à 190 812 en 2017. Cette performance a entrainé le développement de la communauté autour des Aires protégées, à l’exemple d’Andasibe et de Ranomafana où les infrastructures hôtelières et le nombre des guides locaux travaillant dans les parcs se sont multipliés.

Aussi, le MNP enregistre actuellement à son compte 5 sites Ramsar et 5 sites Réserves de Biosphère.

Tiasy


2 Comments

160 000 plants reboisés au Parc national Isalo - Book News Madagascar · January 30, 2019 at 2:14 pm

[…] reboisement de 160 000 plants sera donc réalisé de janvier à mars 2019, organisé par le Madagascar National Parks (MNP) et le Programme de Lutte Anti-Erosive IV ou le PLAE. Les arbustes prévus à cet effet sont […]

La conservation des zones humides est une alternative à la lutte contre le changement climatique · February 6, 2019 at 3:22 pm

[…] Une déclaration renforcée par le Docteur Guy Suzon Ramangason, Directeur Général de Madagascar National Parks. […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: