Leur devise : « Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion ».

Madagascar E-Sport, société à responsabilité limitée d’évènementiel, de communication et d’information sur l’e-sport à Madagascar, a été fraîchement créée cette année-même par trois jeunes malagasy passionnés d’e-sport. Créatifs, dynamiques, motivés, imaginatifs et déterminés, ces jeunes souhaitent cultiver et développer l’e-sport à Madagascar, mais aussi donner une envergure internationale à l’e-sport et aux gamers malagasy, souvent non pris au sérieux par la société. C’est justement ce changement positif que Jonathan Mifsud et son équipe veut apporter avec Madagascar E-Sport. Rencontre exclusive avec ces entrepreneurs en e-sport hors-paires !

Faire quelque chose de l’e-sport à Madagascar

« On peut faire et on veut faire quelque chose de l’e-sport à Madagascar ! »

Jonathan Mifsud

Cette citation illustre la volonté et la détermination de Jonathan Mifsud et de son équipe de bénévoles passionnés à cultiver et à développer l’e-sport à Madagascar, à travers la société Madagascar E-Sport. Créé en 2019, la société est née de la passion de l’e-sport, et de la demande sur le marché local.

« Il y a des demandes. C’est énervant de jouer pour ne rien avoir à faire après. Mise à part la TGW, aucune activité d’envergure n’a vraiment eu lieu pour motiver les gamers. Alors que des évènements motiveraient les joueurs, et permettraient aussi l’arrivée de nouveaux »

a témoigné Jonathan Mifsud, initiateur du projet Madagascar E-Sport.

C’est ainsi qu’en quelques semaines, la team de Madagascar E-Sport, qui est composée d’une quinzaine de personnes, a réussi à planifier et mettre en œuvre plusieurs évènements e-sport dans la Capitale. Les prochains mois risquent d’ailleurs d’être très mouvementés avec des compétitions, des championnats et des tournois, promettant plusieurs récompenses à la clé grâce à un travail de professionnels  réalisé par Jonathan et son équipe, qui a permis d’avoir plusieurs partenaires dont Book News Madagascar, l’ESCM Business School, et de grandes entreprises nationales.

Calendrier chargé

La cérémonie d’ouverture du premier tournoi Caesar a d’ailleurs eu lieu le Dimanche 12 mai dernier au Game Online Tana Ankaditapaka. cc : Eymeric Radilofe

Pour les trois mois à venir, le calendrier semble déjà chargé.

Un Championnat de Madagascar de Dota aura lieu sur trois mois avec à la clé plus de 2 millions d’Ariary de récompenses pour les trois meilleures équipes.

Un tournoi inter-universitaire multi-gaming aura lieu, avec un trophée à la clé pour l’université gagnante. Ce tournoi est en collaboration avec l’ESCM Business School.

De grands tournois des jeux HearthStone et de jeux mobiles sont également planifiés, ainsi que tout ce qui est jeu-vidéo.

La cérémonie d’ouverture du premier tournoi Caesar a d’ailleurs eu lieu le Dimanche 12 mai dernier au Game Online Tana Ankaditapaka. L’équipe ROW a remporté le tournoi. ZHODE a été élu « Most Valuable Player » (MVP) ou meilleur joueur du tournoi.

Ce fut également l’inauguration  de Madagascar E-Sport.

Les grands esprits se rencontrent

Si Madagascar E-Sport démarre sur de bonnes bases, c’est justement parce que les bases sont extrêmement solides. Et comment cela s’est-il fait ? Tout simplement parce que les grands esprits se sont rencontrés.

En effet, Jonathan, 23 ans, d’origine malagasy et italienne, a monté le projet avec deux de ses amis, eux aussi passionnés d’e-sport.

« J’ai toujours adoré les jeux-vidéos et j’ai envie de développer l’e-sport à Madagascar. Je me suis dit que c’était une bonne idée parce qu’en fait, je trouve ça dommage que chaque jeu et sa communauté ne se mélangent pas. J’ai alors appelé mes 2 associés pour leur parler de l’idée, qui les a séduite », raconte Jonathan Mifsud.

Jonathan Mifsud, initiateur du projet Madagascar E-Sport. cc : Photo fournie
Anja Andrianaivozanany, Directeur des opérations à Madagascar E-Sport. cc : Photo fournie

C’est ainsi que Jo, La Victoire Arnaud et Flavien Guénolé Ewrald se sont mis d’accord pour lancer le projet.

En route, ils ont croisé Anja Andrianaivozanany, passionné de jeux-vidéos et aussi Président de la Dota Gasy Federation ou DGF. Très engagé, ce jeune homme a décidé de se joindre à l’équipe.

« Je suis fan de jeu-vidéo depuis tout petit. Il y a 3 ans, j’ai développé un intérêt pour le Dota. C’est le jeu qui m’a le plus attiré, j’ai été initié par un ami. On a déjà eu des idées de matchs provinciaux. Il y a 2 ans, il y avait des petits tournois en ligne, mais cela n’a pas abouti à grand-chose »

raconte de son côté Anja Andrainaivozanany.

Comme on le dit, chaque chose en son temps. Les grands projets ont enfin pris forme à la suite de la rencontre de Jonathan et d’Anja.

« J’ai déjà pensé à l’e-sport, je voulais le développer. Il y a eu la TGW qui a montré qu’on pouvait faire quelque chose de l’e-sport. C’est aussi le cas de Lomay avec l’industrie du jeu. C’est dans la tête en fait. On peut faire beaucoup de choses à Madagascar. J’ai rencontré Jo, on s’est dit qu’on allait le faire avec lui »

ajoute Anja.

Un terrain d‘avenir

L’e-sport représente un secteur d’avenir pour la Grande île. Non seulement elle donnera de la visibilité à la jeunesse et aux gamers malagasy, mais surtout, elle permettra de développer la culture et l’industrie du jeu dans le pays. Les gamers malagasy espèrent d’ailleurs voir l’e-sport intégré aux Jeux Olympiques de 2024.

Pour Madagascar E-Sport, il s’agit de faire de cette discipline un art. Il s’agit aussi de toucher les femmes, souvent écartées dès que l’on parle de jeux-vidéos à Madagascar.

D’autre part, la finalité du projet est de créer une école d’e-sport dans la Capitale, afin de promouvoir les jeunes : fournir des bourses, du travail, comme le font déjà les pays développés.

Actuellement, l’on compte plus de 50 000 gamers malagasy rien sur les plateformes digitales. Un chiffre que Madagascar E-Sport compte bien multiplier dans les années à venir, en développant le secteur.

Tiasy


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: