La Loi de finances de l’année à venir prévoit la taxation des produits de base d’alimentation des animaux pour mobiliser les recettes fiscales. Une décision contestée par les éleveurs.

Antiéconomique

La taxation à la TVA (Taux de Valeur Ajouté) du maïs et du blé est inscrite dans le projet de Loi de finances pour l’année prochaine. Ceci afin de mobiliser les recettes fiscales. Selon les informations reçues, le texte dispose également l’application du TVA sur l’importation des tourteaux et autres résidus solides.

« Si la taxation à la TVA du maïs et des tourteaux vient à être appliquée, les prix des aliments pour animaux augmenteraient de 25 à 40 % entrainant par la suite une augmentation des couts de production pour les éleveurs. »

a expliqué Andriamananarivo Rabearivelo, Président du conseil d’administration (PCA) de Malagasy professionnels de l’élevage (MPE), jeudi, en réaction à cette disposition et en tant que porte-parole des éleveurs professionnels. 

Le PCA du MPE a expliqué que ces hausses feront également monter le prix des produits allant jusqu’à 50 %. En ajoutant que les conséquences sont également assez lourdes pour les consommateurs dont le pouvoir d’achat est déjà très faible. 

Il a ainsi relaté qu’un individu consomme en moyenne19 œufs par an et 1 kg de poulet de chair par an. Pour cet opérateur, la taxation à la TVA de ces produits est une mesure antiéconomique favorisant l’importation au détriment de la production locale.

Si la taxation est appliquée, le prix du maïs sur le marché va inévitablement augmenter.
cc : Photo d’archives

Les éleveurs revendiquent la suppression de la taxation, notamment pour le maïs ainsi que les tourteaux de soja, d’arachide ou de son de blé. Le maïs est également le deuxième aliment de base des Malgaches après le riz. Or à cause des chenilles légionnaires d’automne, la production locale a considérablement diminué durant les deux dernières années (2018- 2019).

La MPE indique par ailleurs que 60 à 70 % des dépenses des éleveurs sont consacrées à l’alimentation des animaux. Quant au maïs, il constitue 60 à 70 % des composants de provendes pour porc, volailles, poissons. Les tourteaux composent pareillement les 20 à 40% restants. Pour la production de foie gras, le maïs compose 99 % de l’alimentation

Soahanitra


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: