Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Insertion professionnelle des jeunes : universités malagasy et canadienne main dans la main

Book News 0

Last updated on septembre 16, 2018

De nombreux jeunes malagasy demeurent au chômage après l’acquisition de leur diplôme universitaire. Face à cela, des universités malagasy, dont l’IST, et l’Université du Québec à Trois-Rivières met en œuvre le projet « Jeunesse malgache compétente au travail ».

Insertion professionnelle : prise en main des jeunes dans les écoles

Amélioration du niveau d’employabilité et d’insertion professionnelle des jeunes malagasy. C’est l’objectif du projet « Jeunesse malgache compétente au travail ». Le projet touche trois secteurs : Bâtiment et travaux publics (BTP), Tourisme Hôtellerie et Restauration (THR) et entrepreneuriat.

Un projet piloté par l’Université du Québec à Trois-Rivières et l’Institut supérieur de technologie (IST), dont celui d’Antananarivo (IST-T), d’Antsiranana (ISTD) et d’Ambositra (IST).

Le projet touche donc ces trois instituts supérieurs, mais aussi deux autres écoles supérieures: l’Institut national de tourisme et d’hôtellerie (INTH), l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprises (Inscae). Il touche également quatre lycées et centres de formation professionnelle : le Lycée technique professionnel Mahamasina (LTP-M), le Lycée technique professionnel d’Ambositra (LTP-A), le Centre de formation professionnelle d’Ampefiloha (CFP) et le centre de formation professionnelle d’Antsiranana (CFP).

Selon l’explication de Patrick Razakamananifidiny, Conseiller en développement international au sein de l’Université du Québec à Trois-Rivières, tous les élèves étudiant dans ces écoles bénéficieront d’une formation professionnelle que l’on intègrera au programme scolaire ou académique.

« Nous utiliserons l’approche par compétences pour que chaque élève puisse utiliser et user de compétences répondant à l’offre et à la demande », a-t-il ajouté.

Pour assurer la formation, des enseignants de l’Université du Québec à Trois-Rivières formeront eux aussi des enseignants des lycées et instituts mentionnés ci-dessus.

D’autre part, l’approche genres sera également appliquée pour cette formation.

« On va faire en sorte d’intégrer les femmes dans tous les secteurs, notamment le secteur BTP où les hommes sont plus nombreux, et d’intégrer les hommes dans les secteurs où les femmes sont majoritaires, comme celui du tourisme et de l’hôtellerie », explique toujours Patrick Razakamananifidiny.

2 500 jeunes malgaches bénéficiaires

D’après le Directeur général de l’IST-T, Professeur Jean Lalaina Rakotomalala, 2 500 jeunes malgaches, dont 45% de filles, bénéficieront de ce projet.

Ce projet sera mis en œuvre pour une durée de cinq ans.

IST
La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Rasoazananera Marie Monique, en pleine allocution.
cc: IST-T

Le budget dédié à ce projet s’élève à 7 505 000 dollars canadiens, dont 6 105 000 dollars canadiens pour les Affaires Mondiales Canada, 700 000 dollars canadiens de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), et 700 000 dollars canadiens de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

L’université du Québec à Trois-Rivières collabore depuis 35 ans avec les institutions académiques à Madagascar, dont notamment l’Inscae et l’IST.

A.A

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :