La communauté internationale commémore chaque année le 28 mai une Journée mondiale consacrée à l’hygiène menstruelle. Suite à la situation entrainée par le Coronavirus dans la Grande île, cette année, la célébration de celle-ci s’est faite plus discrète. Il  est donc juste de discuter des différentes protections menstruelles et de passer en revue les bonnes pratiques à adopter pour éviter les infections potentiellement graves.

Les protections périodiques conventionnelles

hygiène menstruelle
A Madagascar, les serviettes hygiéniques jetables sont les plus utilisées. cc: Marco Verch Professional Photographer and Speaker/Flickr

Il existe plusieurs dispositifs menstruels telles que les serviettes hygiéniques jetables, tampons, culottes, etc. A Madagascar, les serviettes hygiéniques jetables sont les plus utilisées. Or ces protections périodiques conventionnelles sont hautement polluantes.

Une fois utilisées, elles deviennent un déchet non-recyclable. En effet, elles sont composées de plastique, de coton imbibé du flux menstruel, de colle et d’autres substances chimiques. Les tampons, composés de viscose, sont plongés dans du chlore pour les blanchir, créant alors d’infimes quantités de substances toxiques, dont la dioxine.

Il faut également savoir que les serviettes hygiéniques sont fortement parfumées et peuvent provoquer des irritations, voire des allergies sur les muqueuses les plus sensibles. En outre, les substances chimiques contenues dans les protections jetables sont véhiculées dans l’organisme. A terme, notre santé est menacée.

Les serviettes hygiéniques lavables, un très bon compromis

L’avantage des serviettes hygiéniques lavable c’est qu’elles soient plus écologiques. Elles ne provoquent aucun choc toxique. En effet, celles-ci sont généralement fabriquées à partir de matières naturelles comme le coton ou le chanvre.

Elles sont conçues pour être à la fois absorbantes, imperméables et facilement lavables. Leur durée de vie est d’environ 5 ans.

Il est toutefois recommandé, pour des raisons purement hygiéniques, de ne pas garder la même culotte en journée et la nuit. Comme pour les serviettes lavables, il faut aussi apprendre à la nettoyer correctement, en l’essorant sous l’eau à de nombreuses reprises avant de la passer en machine.

Une très bonne initiative

A Madagascar, trop de femmes et de filles n’ont pas accès à des produits menstruels hygiéniques et abordables. Une initiative pilote dirigée par Projet Jeune Leader propose une variété d’options de serviettes hygiéniques réutilisables (lavables) afin de résoudre le problème des femmes et des jeunes filles pendant leurs règles.

Projet Jeune Leader est une organisation à Madagascar fondée par des jeunes, dirigée par des jeunes et axée sur les jeunes. Elle vise à changer la vie des adolescents Malagasy en leur fournissant une éducation complète sur la santé sexuelle-reproductive et le leadership.

Journée mondiale de l’hygiène menstruelle

La communauté internationale commémore chaque 28 mai une Journée mondiale consacrée à l’hygiène menstruelle. L’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) estime qu’en Afrique 66% des filles ne disposent pas d’une bonne information sur la menstruation avant d’être confrontées à leurs premières règles, ce qui rend l’expérience négative et traumatisante.

L’instauration de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle remonte à 2014. Son but est de rompre le silence et à diffuser l’information afin de permettre à la communauté en générale et à la communauté scolaire en particulier de communiquer et d’échanger sur l’amélioration de la gestion de l’hygiène menstruelle.

Le choix du jour, le 28ème du mois, a été effectué en pensant à la durée moyenne d’un cycle menstruel. Le mois de mai est quant à lui le 5ème de l’année, soit le nombre de jour moyenne de la durée des règles.

Antigone


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: