La conservation des Aires protégées est encouragée et les initiatives se multiplient pour avancer dans ce sens. Ainsi, 15 Aires protégées pilotes de la Grande île sont soumis au processus d’intégration pour intégrer la Green List.

Green List

Le Green List est un label international obtenu à travers un processus de certification. Lancé en 2014 par l’Union Internationale pour la Conservation de la nature (UICN), il a été créé pour encourager les aires protégées à améliorer leur gouvernance et la qualité de leur gestion. Ainsi, 15 Aires Protégées pilotes de la Grande île été soumis par le MEDD pour intégrer le processus d’obtention de la liste verte dont le Parc National Isalo.

Durant un atelier d’échanges et de formation sur les outils pour gérer la bonne gouvernance des Aires protégées organisé à Isalo du 11 au 15 novembre 2019 dernier, 22 des 126 Aires Protégées existantes à Madagascar ont été représentées. 

Les échanges ont permis aux représentants de ces aires protégées candidates de mieux connaître les critères et indicateurs d’excellence en matière de gouvernance, de gestion, de planification et de résultats de conservation. Mais également de définir un plan d’action pour avancer ensemble dans la bonne gestion des aires protégées et l’obtention du label. 

L’objectif, à moyen et long terme, ambitionne que les 126 aires protégées existantes à Madagascar puissent elles aussi être des modèles de bonne gouvernance et de gestion, et ce dès que l’adaptation nationale des indicateurs de la liste verte soit validée

Les aires protégées de la Grande île font encore face à de nombreuses menaces, notamment le défrichement. Cc : Photos d’archives

Atelier d’échanges à Isalo

L’atelier d’échanges à Isalo a été le lieu de discussion des représentants de quatre îles de l’Océan Indien à savoir Madagascar, Maurice, Comores et Seychelles. Ces derniers ont discuté ensemble de la conservation et l’amélioration des Aires protégées.

L’atelier d’échanges et de formation a été l’occasion de discuter des moyens d’amélioration de conservation des Aires protégées de la Grande île. cc : Photo fournie

En effet, une grande implication des citoyens et des acteurs de l’environnement est encouragée pour les participants afin de gérer à bon escient les Aires protégées. D’après la définition issue du Programme de Gestion de la Biodiversité et des Aires Protégées (Biopama), les interactions entre structures sont à considérer pour le bien de l’écosystème. Le processus et traditions qui déterminent comment le pouvoir et les responsabilités sont exercés, sont pareillement les points à discuter et enfin l’implication des citoyens. 

« L’insuffisance d’alternatives économiques, le faible niveau d’éducation des populations autour ou dans ces sites protégés expliquent en partie la persistance des pressions anthropiques telles que les feux ou les coupes illicites»,

a-t-on appris du communiqué de presse.

Organisé par Wildlife Conservation Society (WCS) via le Forum Lafa, le ministère de l’Environnement et du développement durable (MEDD), Madagascar National Parks (MNP) et le Biopama de l’Union Internationale pour la Conservation de la nature (UICN), l’objectif est de faire connaitre les approches et les outils efficaces reconnus à l’international qui permettront de mesurer et améliorer la qualité de la gestion et de la gouvernance des aires protégées. Former également les participants sur l’utilisation de ces outils. Enfin, créer un espace de discussion, d’échange et de partage sur les bonnes pratiques et les problèmes rencontrés.

Soahanitra


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: