Génération 2000

La génération 2000, le grand produit d’une réalité évidente

Tout le monde en parle. La génération 2000, aujourd’hui adolescente et à l’aube de l’âge adulte, suscite l’attention et possède déjà tout un assortiment de stéréotypes plus ou moins flatteurs. La question qui se pose : est-ce un mythe ou une réalité?

Des actes qui nourrissent une idée

Depuis peu, les 2000 sont au cœur d’un nouveau débat qui enflamme les réseaux sociaux. Plus précisément, ces derniers sont lapidés à grands coups de critiques acerbes par leurs aînés nés une décennie plus tôt. Beaucoup se scandalisent des fantaisies douteuses que certains de ces nouveaux-venus se permettent. Des photos de plus en plus osées avec, en description, des futilités choquantes, tout y passe. Si bien que les bébés des années 90, mécontents de cette liberté abasourdissante, ont érigés un stéréotype concernant ces jeunes effrontés.

La génération 2000 est celle des enfants qui, dès leur plus jeunes âges, au lieu de jouer aux billes et à la marelle, passent leur temps sur Facebook à  jouer à « Qui génère le plus de réactions, bonnes ou mauvaises ».

Certains enfants qui ont à peine passé la barre des 10 ans y tiennent des propos d’une obscénité qui feraient pâlir les adultes les plus avertis.

Un exemple fameux est la famille Kanijah, une page Facebook où des publications culottées et mal inspirées ont eu pour effet de déchaîner le courroux de la bienséance. A cela s’additionne toute une communauté de jeunes Facebookers qui revendiquent leur appartenance à cette famille.

En guise de réponse, le terme “Kanijah” est devenu un adjectif qualifiant un individu correspondant à cette tranche d’âge et agissant de manière désinvolte et stupide, en opposition avec les termes « Old School ». Jugement trop cruel pour certains, trop généralisé pour d’autres, la majorité semble pourtant s’entendre sur ce point de vue.

Génération 2000
le terme « Kanijah » est devenu un adjectif qualifiant un individu né dans les années 2000 et agissant de manière désinvolte et stupide.
cc: Book News Madagascar

Conflit générationnel

Derrière ce conflit générationnel naissant se cache pourtant une vérité mal acceptée par les jeunes adultes de notre ère : leur temps est révolu. Comme le dirait Oscar Wilde, le monde nous appartient pour un été. Quand nous disons : « Les enfants, de nos jours… », ou encore « De mon temps, on respectait les aînés » ou (celle-là, je l’aime bien) « Quand on avait votre âge, on n’avait pas tout ça », cela ne vous rappelle-t-il personne ?

Eh bien oui, nous sommes aussi les 2000 des générations passées. Nous, aussi, nous nous attirions les foudres des plus âgés de par nos gestes et nos paroles. De même, ils critiquaient notre inconscience face à la chance que nous avions. C’est une toute nouvelle expérience pour nous, une expérience par laquelle tout le monde est passée et par laquelle tout le monde passera un jour. Et nous nous mettons à parler comme des vieux.

Cela ne signifie pas que ce que l’on dit n’est pas justifié, simplement, nous ne sommes pas les premiers. Et ceux qui luttent pour conserver la mode de leur temps sont ceux qui sont les plus dépassés. Votre mère voudrait que vous vous habilliez comme elle lorsqu’elle avait votre âge, cela fait d’elle une vieille qui a mauvais goût. Elle s’habille comme votre époque, elle a le vent en poupe. Il faut adapter ce que l’on peut adapter. Chaque génération pense que celle d’avant est ringarde et que celle d’après est un ramassis de n’importe quoi. Le jour où les 2000 feront la morale aux 2010, là, nous prendrons un coup de vieux retentissant.

Une époque décadente

Cependant, ces idées reçues sur la génération 2000, il serait plus facile de les prouver que de les réfuter. Bien que ces stéréotypes ne s’appliquent pas sur tous ceux et celles nés dans cette décennie, il en reste que cette image est dominante et alarmante.

Le monde dans lequel nous vivons semble donc voué à se dépraver de génération en génération. Les mass médias diffusent des images plus explicites chaque jour, sans plus ménager les enfants. Internet et les réseaux sociaux sont le rendez-vous des curieux que personne ne peut surveiller. Ce que certains osent encore appeler « de la danse » connaît une décadence dramatique et est prisé, dès le plus jeune âge, par les inconscients. Des bambins hauts comme trois pommes fredonnent les paroles des chansons les plus choquantes. Il faut sans cesse innover la manière de surprendre, de provoquer des réactions quelles qu’elles soient. Nous sommes l’argile modelée par notre temps.

Génération 2000
Le selfie fait partie de cs autoportraits photographiques nés dans les années 2000, et pratiqués surtout par les individus nés à cette époque, bien que des individus plus âgés en fassent.
cc: Pixabay

La génération 2000 et toutes celles qui la suivent sont le fruit de l’environnement dans lequel elles grandissent. Néanmoins, les principes que nous choisissons de suivre sont intemporels. Peu importe le contexte dans lequel nous vivons, nous sommes les seuls maîtres de nos choix. Il est vrai que nous évoluons dans une société conformiste où seule la différence est un péché capital ; mais le bon sens reste le bon sens et la vérité sera toujours la vérité, quitte à ce que l’on se fasse décapiter pour avoir dit que la terre était ronde.

RACONTE PAR CLAUDIA RAOBELINA

0 comments on “La génération 2000, le grand produit d’une réalité évidenteAdd yours →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: