L’entrepreneuriat est en plein développement dans la région Anosy. La localité de Fort-Dauphin fait partie des zones où l’entrepreneuriat ne cesse de progresser, grâce à l’intervention du Cara et des partenariats publics-privés, qui aident à l’autonomisation des startups.

Amener les startups vers l’autonomie

Diagnostiquer les problèmes des startups, former, coacher, aider à la formalisation, aider à  l’autonomie. Ce sont les missions du Centre d’affaires régional d’Anosy ou Cara, dont un bureau est établi à Fort-Dauphin.

Le Cara veut promouvoir l’entrepreneuriat. Pour cela, ils aident les startups à devenir autonomes et à se débrouiller pour avoir du marché, des clients, pour survivre et, plus tard, vivre et devenir une entreprise à part entière.

« Grâce au Cara, nous opérons enfin dans le formel. Auparavant, nous étions informels. Aussi, nous n’avions aucune connaissance de tout ce qui est démarche pour aboutir à un marché : offre financière, offre technique… Comment reconnaître les associés potentiels ? », a témoigné Vinciannot Limbearimanana, gérant de la société Tafita, qui œuvre dans la maintenance industrielle.

cara

Vinciannot Limbearimanana, gérant de la société Tafita.
cc: Book News Madagascar

La société Tafita regroupe aujourd’hui 51 employés, contre 20 à ses débuts, en 2014. La société QIT Madagascar Minerals (QMM) – Rio Tinto est un de leurs principaux clients. Le QMM a également aidé à la mise en place du Cara, en 2012, grâce à un partenariat public-privé avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Fort-Dauphin, le projet PIC et l’APEA.

Obstacles à l’entrepreneuriat

L’entrepreneuriat dans la localité de Fort-Dauphin n’a cessé de se développer depuis la création du Cara. 300 entreprises ont été formalisées depuis sa mise en place. Toutefois, les problèmes demeurent nombreux.

Malgré la facilitation de procédures pour la formalisation avec le Cara en collaboration avec l’EDBM et le projet PIC, beaucoup de startups et PME préfèrent encore rester dans le secteur informel.

« C’est l’absence de marché qui favorise la non formalisation », a expliqué Volatiana Tombotsiory, Directeur exécutif au sein du Cara.

cara

Volatiana Tombotsiory, Directeur exécutif au sein du Cara.
cc: Book News Madagascar

Pourtant, cette non formalisation a des répercussions sur le secteur entrepreneurial à Fort-Dauphin, et dans la région Anosy en général.

« Les entreprises formalisées doivent faire face à la concurrence déloyale. Ce qui incite aussi les autres sociétés naissantes à ne pas se formaliser, car ils voient à quoi ils doivent faire face une fois formalisée », continue le Directeur exécutif.

Des problématiques à suivre de près à Fort-Dauphin, et dans la région Anosy elle-même.

A.A


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: