Quatre femmes malagasy ont reçu une formation de six mois en Inde, pour devenir des « femmes ingénieurs solaires ». Elles vont électrifier leurs villages respectifs : Belo sur Mer et Betioky, et mettre en place un système de gestion durable de l’électrification des 200 ménages.

English version avalaible on https://www.booknewsmada.com/four-malagasy-women-engineers/

Des « femmes ingénieurs solaires » malagasy formées en Inde

Nazemine, Nomeha, Malaindia, femmes originaires de la Commune rurale Belo sur Mer, dans la partie Sud-Ouest de la région Menabe, et Tsiampoiza, femme originaire de la Commune de Betioky, dans le centre-Ouest de Madagascar, ont reçu une formation en ingénierie solaire de six mois en Inde.

malagasy women engineers

Nazemine, Nomeha, Malaindia and Tsiampoiza, quatre “femmes ingénieurs solaires” malagasy formées en Inde.
cc: Book News Madagascar

Elles ont été choisies car elles sont illettrées, elles ont dû arrêter de fréquenter l’école très tôt pas, et elles n’ont pas de responsabilité au sein de leur communauté. Face à ces grandes difficultés, le WWF, le Madagascar National Parks (MNP), le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, le ministère des Mines et des hydrocarbures, le Gouvernement indien et la banque Allemande KFW, ont décidé de leur donner l’opportunité de se former grâce au projet Barefoot College. Ce projet a à la fois pour but de permettre aux habitants des Communes Belo sur Mer et Betioky d’avoir accès à l’électricité, mais aussi d’autonomiser des femmes dans les périphéries des parcs nationaux du MNP. Ces Communes étant dans des zones d’aires protégées.

Nazemine, Nomeha, Malaindia et Tsiampoiza ont quitté Madagascar le 15 septembre 2017. Actuellement de retour dans la Grande île, elles sont des « femmes ingénieurs solaires » certifiées et vont mettre en place un système de gestion durable de l’électrification de 200 ménages dans leur village natal respectif.

« Nous commencerons d’abord par donner une conférence sur les acquis que nous avons reçu en Inde, dans notre village, puis un programme est prévu pour poursuivre le projet », a expliqué Tsiampoiza hier, lors de la conférence de presse au MNP Ambatobe.

Projet d’électrification solaire

Après une conférence qui sera donnée par ces femmes ingénieurs solaires, dans la Commune de Belo sur Mer, une maison communautaire composée d’un atelier spéciale pour l’apprentissage et la diffusion de la technologie acquise sera installée. Le MNP assurera sa construction et l’acquisition des équipements électriques à installer avec une valeur estimée à 52 000 Euros.

Chaque ménage aura le choix entre trois types de service : une lampe solaire portable (service bas), un système solaire photovoltaïque (service moyen), une lampe solaire portable et un système solaire photovoltaïque fixe (service haut). Comme participation des bénéficiaires, une cotisation mensuelle pouvant varier de 3 000 à 10 000 Ariary par ménage assurera l’indemnité des femmes solaires ainsi  que l’entretien et l’achat des nouveaux matériels. La cotisation sera gérée par ces femmes-même, avec la commission du village pour la pérennisation du projet.

Toujours dans ce cadre de projet d’électrification solaire, un centre de formation solaire sera bientôt installé dans la Grande île, comme l’a annoncé Augustin Randrianarivony, Directeur des énergies alternatives au sein du ministère de l’Energie. Ce centre permettra de former les futurs ingénieurs, au lieu de toujours les envoyer à l’étranger, a-t-il souligné.

Rappelons qu’actuellement, seuls 15% des ménages malagasy ont accès à l’électricité à Madagascar, dont 6% des ménages en zones rurales. Le ministère veut ainsi augmenter le nombre des ménages ayant accès à l’électricité avant 2030, d’où un choix d’électrification solaire dans les zones enclavées de l’île.

Malagasy women engineers

Une conférence de presse s’est tenue hier au Madagascar National Parks Ambatobe.
cc: Book News Madagascar

Le projet Barefoot College s’inscrit également dans le cadre de la politique nationale en matière de conservation participative et de valorisation de l’énergie verte autour des Aires protégées.

Depuis la mise en place du projet en 2015, 21 femmes malagasy ont pu bénéficier de la formation en ingénierie solaire en Inde. 6 villages ont bénéficié des impacts directs du projet. Le 13 mars dernier, Miariline, femme active issue du village d’Ambararata, village riverain du parc national de Kirindy, vient également de quitter Madagascar pour suivre la même formation à Tinolia en Inde.

Tiasy


1 Comment

Solaire – Quand les grands-mères illuminent leur village ! · September 18, 2018 at 8:03 am

[…] de façon participative dans leurs villages respectifs pour faire partie de l’aventure Barefoot College, (littéralement le “Collège des pieds nus”) , de Tilonia, en Inde. Miariline, est […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: