Safidy, la plus grande mission d’observation électorale malagasy déployée pendant les élections présidentielles de 2018 a fait part du résultat de son suivi.

Mobilisation de Safidy autour des élections

observatoire Safidy

Présentation du rapport final d’observation des présidentielles 2018 par l’Observatoire Safidy, le 25 janvier dernier, à Ambatonakanga.
cc: Photo fournie

Avec une mission d’observation allant de la période avant les élections jusqu’à la phase post-électorale, Safidy a développé  une méthodologie afférente à chaque étape du cycle électoral à savoir sur  l’élaboration du cadre légal, la Révision Annuelle de la Liste Electorale, la pré-campagne, la campagne électorale,  le jour de silence,  le jour du scrutin, les opérations au niveau de la SRMV, la vérification, compilation et traitement/analyse des données pour la proclamation des résultats provisoires au niveau de la CENI, le traitement du contentieux électoral au niveau de la HCC. Pour ce faire, 7 000 observateurs sont intervenus en faveur dudit observatoire lui permettant de couvrir 9350 bureaux de vote, représentant 40% de l’électorat.

Concernant les résultats provisoires par bureau de vote, SAFIDY a refait les calculs par son propre système les résultats consolidés par Commune, par district, par région et au niveau national et n’a trouvé aucune erreur. « Notre Expert ayant observé l’Audit du système informatique de la CENI a constaté la fiabilité dudit système », souligne le rapport émis par l’observatoire en question.

Bilan positif

Malgré la persistance de quelques constats, à l’instar de l’abus des prérogatives de puissance publique ou « abus de pouvoir des agents publics et à l’utilisation des moyens et pouvoir de l’Etat » comme le souligne le communiqué, les élections présidentielles de 2018 se sont déroulé dans un cadre plutôt serein.

Grosso modo, toutes  les parties prenantes, en l’occurrence, les observateurs internationaux, tous les délégués des candidats et presque tous les observateurs nationaux ont pu avoir accès au SRMV quand ils étaient sur les lieux durant les deux tours. Trois SRMV seulement émergent du lot pendant le deuxième tour « où les Présidents des SRMV ont trouvé les moyens de refuser les requêtes d’informations des observateurs et/ou des représentants des candidats arguant que ça retarde leur travail », rapporte le communiqué.

Bref, une amélioration globale dans l’organisation des élections entre les deux tours est manifeste. Toutefois,  « en prenant acte du taux de participation très faible de 48% pendant les élections 2018, l’obligation d’aller voter est un sujet qui mérite des débats approfondis », selon toujours le communiqué de presse.

                                                                                                                      Nathaly R.


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: