Les engagements des candidats aux parlementaires sont suivis à la loupe. Les entités paritaires branche de la CENI insistent sur l’éthique et la moralité des futurs députés.

Charte non respectée

Stricte. Les 12 entités qui composent le Comité Paritaire à savoir le Comité Electoral National Indépendant (CENI), le HCDDDED, le Comité National Indépendant de Droit de l’Homme (CNIDH), la Société Civile de Madagascar, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), l’ONG Tolotsoa, le Samifin, la Transparency International Initiative Madagascar (TI-IM), le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), le mouvement Rindran’ny Olom-pirenena Hiarovana ny Iaraha-manana (ROHY) le Fifidianana Antoko ho an’ny Daholobe Ifanterana Olombanona (FANDIO) et la Justice et Paix ont haussé le ton, vendredi dernier, lors d’un conférence de presse sur la restitution des signatures collectées, à Ambatonakanga, sur la charte du « Toky Nomena » ou engagement Donnée aux candidatures parlementaires de Madagascar.

Selon les explications, à une semaine des propagandes législatives, la charte signée par les candidats n’a pas déjà été respecté.

« Divers aspects démontrent le non-respect de la charte du Toky Nomena des candidats. On a constaté que le code de conduite des candidats n’est pas légal à la charte signée »

a souligné Gérard Ramamimampionona, Vice-Président du CFM.

Il a également fait part du fait que certains candidats ont même commencé les campagnes électorales législatives avant le point nommé qui est, le 6 mai.

« Très peu de candidats ont discuté des attributions du législatives de Madagascar. Et un bon nombre d’entre eux focalise leur travail sur les travaux sociaux comme dans les infrastructures »

a expliqué Faraniaina Ramarosaona du mouvement Rohy, durant la conférence de presse, vendredi.

Elle a pareillement réitéré que peu de candidats ont plafonné le budget pour la campagne électorale.

Les affichages sur les places non autorisées ont été constaté, a renforcé cette membre du mouvement Rohy.

Elle a aussi expliqué que les candidats de la partie IRD font le plus d’infraction. Pour cause de corruption, une plainte sur un candidat a été déposé au CENI, mercredi continue-t-elle. De ce fait, un agent verbalisateur des  12 comités paritaires prendra en charge les différents aspects du non-respect de la charte et des infractions commises par les candidats pour faire part au CENI des irrégularités enregistrées.

Une conférence de presse sur le non-respect de la Charte a eu lieu, ce vendredi dernier, à Ambatonakanga, tenu par les 12 entités paritaires. cc : Henintsoa Hani

Pour la dignité

« Pour des élections propres et apaisées, la charte du « Toky nomena » a été  élaboré par les 12 entités paritaires de Madagascar pour que les députés de la grande île soient intègres et compétents, priorisant les valeurs morales dans la conduite de leur mandat »

a souligné Gérard Ramamimapianina, lors de son allocution.

Il a également fait remarque que la loi actuelle présente des grandes insuffisances pour des élections aux normes démocratiques à l’instar du non l’interdiction directe de la propagande avant l’heure, le non plafonnement des dépenses électorales. Aussi, la référence des électeurs dans leur choix le jour du vote n’est pas expliqué.

Selon les statistiques récoltés par les différentes entités paritaires, 68% des futurs parlements de Madagascar ont signé la charte de l’engagement donné. Et après leur élection, ils seront suivis à la loupe par la Société Civile sur leur parole et le respect de la charte. L’assiduité aux parlementaire par exemple sera contrôler, l’application des règlements intérieurs et le respect de l’engagement seront demander pour chaque député.

Pour rappel, en début mars, les 12 entités qui composent le Comité Paritaire ont décidé d’élaborer une nouvelle charte appelée « Toky Nomena » ou Engagement Donné, afin de poursuivre tous les efforts, d’une part pour qu’il y ait des élections propres et apaisées, dans le cadre des élections législatives. D’autre part, il s’agit aussi de restaurer la dignité des élus au sein de l’Assemblée nationale, tant les citoyens ont été déçus de l’insuffisance d’éthique et de performance des députés du mandat 2014-2019.

Henintsoa Hani


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: