Chers lecteurs, aujourd’hui nous allons procéder à un exercice de positivité ! Eh oui, cessons de proférer des critiques et des sarcasmes sur la promesse du candidat Andry Rajoelina, devenu maintenant notre Président de la République, de transformer Toamasina en Miami. Essayons plutôt de savoir les points positifs qui font de cette dernière  une ville modèle.

Toamasina à Miami

Miami
cc: Pixabay

Miami au cinéma

Exercice plutôt difficile au premier abord puisque la seule chose qui me vient à l’esprit pour le moment, c’est le film « deux flics à Miami ». C’est bien, dites-vous ! Le hic, c’est que le titre original de ce film est « Miami vice ». Donc, jugez-en par vous-même ! Il raconte les côtés sombres de Miami à travers la drogue, la prostitution, le blanchiment d’argent, le règlement de compte entre gangs, le tir d’armes à feu et j’en passe. Non, non et non! Ce n’est pas l’image que nous souhaitons pour notre Miami.

La deuxième chose qui me passe par la tête me fait plutôt sourire. La plage et le soleil ! Ça, je l’ai aussi vu dans les films. Miami est une destination de vacances très prisée grâce à ses festivités de jour comme de nuit à South Beach et ses larges étendues de plage où l’on peut se prélasser à longueur de journée au soleil.  Ses longues allées de sable blanc sont toujours couvertes de monde : des beaux gosses au torse nu et des jolies filles en bikini. A quelques détails près, Toamasina ressemblerait déjà à cela. Ses bars et ses boîtes de nuit témoignent une vie nocturne très animée. Le bord de la mer, longeant les 6 kilomètres du boulevard Ratsimilaho, est propice aux soirées de balade et de dégustation de brochettes. Enfin, les amoureux de la mer sont gâtés par les plages de Foulpointe et Mahambo situées à quelques dizaines de kilomètres de la ville.

Toamasina à Miami

Le port de Toamasina.
cc: Book News Madagascar (photos d’archives)

Miami en vrai

Ainsi, pour sortir des clichés, j’ai décidé de faire un petit tour sur Google pour y dénicher d’autres informations intéressantes. L’office du tourisme aux USA résume la description de la ville de Miami comme suit:

« Miami est une icône américaine, festive, multiculturelle et tolérante, connue dans le monde entier pour ses longues plages de sable blanc, son architecture Art déco et son goût pour l’art contemporain. »

Nous avons déjà abordé les points concernant la plage et la fête. Parlons maintenant de l’art. Miami dispose de nombreuses galeries d’art, de musées spécialisés, des hôtels très design, des grandes salles de spectacle et des quartiers décorés de graffitis très réussis. Chaque année, la ville accueille la foire annuelle d’art contemporain “Art Basel”, qui est une référence absolue dans le domaine avec ses 250 galeries et ses 50 000 visiteurs. Et j’en passe !

Quant à Toamasina, sa principale attraction culturelle est constituée par les vestiges laissés par la colonisation et les quelques musées. La grande allée des cocotiers de l’avenue de l’indépendance et l’hôtel de ville, là où on doit se faire prendre en photo pour que tout le monde sache qu’on était à Tamatave, restent l’emblème de cette perle de la côte Est. Cependant, certains quartiers commencent à se démarquer, comme l’écovillage artistique de Vohitsara. Côté manifestation culturelle, on remarque déjà quelques initiatives menées par certaines institutions et compagnies d’arts traditionnels et contemporains.

Toamasina est là

Finalement, qu’est-ce qu’on envie à Miami ? Toamasina a toujours arboré un American way of life dans sa culture urbaine, et surtout dans sa musique comme le témoigne les œuvres de Shyn, Deenyz, Joyce Mena Makoa, Lion Hill et bien d’autres. Et puis, la ville, et plus particulièrement ses rues ont connu beaucoup d’amélioration ces dernières années. D’ailleurs, on remarque toujours un mode de vie à deux vitesses dans cette ville côtière. D’un côté, il y a ceux qui veulent à tout prix suivre les tendances de la capitale et de l’extérieur. De l’autre côté, il y a ceux qui apprécient une vie simple et un quotidien tranquille, le farniente ! Alors, je crois que Toamasina peut se développer à sa façon. A mon avis, chaque ville a sa manière d’être et c’est ce qui la rend unique et attrayante.

Ando Nantenaina


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: