En France, le gouvernement a présenté sa stratégie pour protéger les personnes vulnérables en cas de deuxième vague du coronavirus. Tandis qu’à Madagascar, le gouvernement n’envisage aucune stratégie pour les personnes et salariés à risque pour l’instant. Par ailleurs, beaucoup de femmes enceintes se posent la question, si elles sont parmi ces dernières.

Les femmes enceintes sont-elles vulnérables face à ce virus ?

Le coronavirus pourrait avoir un impact sur la grossesse. Pour le moment, aucune étude n’évalue la vulnérabilité des femmes enceintes face à ce virus, les spécialistes ont prouvé que la tolérance immunitaire (la capacité à affronter un virus) d’une femme subit plusieurs changements durant sa grossesse. Ce qui la rend fragile et sensible à différents virus et bactéries. Face au Covid-19, la femme enceinte fait donc bien partie des personnes vulnérables.

En outre, comme il n’existe pas encore de vaccin pour le Covid-19, les femmes enceintes doivent redoubler de vigilance et bien respecter tous les gestes barrières afin d’éviter un risque d’accouchement prématuré.

A Madagascar, une jeune femme de 20 ans a succombé au coronavirus le 4 juin 2020, après son accouchement à l’hôpital Anosiavaratra, district d’Antananarivo Avaradrano. Il s’agissait du septième décès lié au coronavirus. Elle a été confirmée positive au Covid-19, après une analyse post-partum.

Les conditions et horaires de travail des femmes enceintes

La femme enceinte pendant son contrat de travail bénéficie d’un statut protecteur, défini par le Code du travail, notamment en matière d’horaires, de licenciement ou d’absences.

La loi interdit de faire travailler une femme enceinte à l’extérieur après 22 heures ou quand la température est inférieure à 0°C. Il est de même interdit de lui faire porter des charges trop lourdes. Certaines conventions collectives prévoient également des allégements d’horaires (exemple : une heure de moins de travail par jour) ou des temps de pause supplémentaires.

Pourtant, dans certains ministères dans la Capitale, certaines femmes enceintes se plaignent encore car elles ne sont pas considérées comme personnes à risques selon la déclaration du Chef d’Etat Malagasy concernant les personnes vulnérables dimanche dernier. Pendant cette crise sanitaire, il devrait normalement avoir une exception pour ces groupes de personnes.

« Je suis contrainte de prendre des jours de congé pour justifier mes absences durant cette crise sanitaire», affirme une salariée dans un ministère de la Capitale.

Qui sont considérées comme personnes à risques ?

Par personnes à risques, on entend les personnes de 65 ans et plus et les adultes souffrant d’une des maladies suivantes : cancer, diabète, une faiblesse immunitaire due à une maladie ou à un traitement, hypertension artérielle, maladie cardio-vasculaires, maladies chroniques de voies respiratoires.

Vulnérable ou pas, chaque citoyen Malagasy doit redoubler de prudence et veiller à prendre très au sérieux les mesures barrières afin de lutter contre la propagation de ce virus mortel qui ravage toute une nation.

Antigone


0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: