Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Transparency International Initiative Madagascar – La corruption dans le secteur halieutique et agricole mise à nue

Book News 0

Last updated on juillet 19, 2021

Transparency International-Initiative Madagascar (TI-MG) a effectué un atelier de restitution dans le cadre de la lutte contre la corruption dans le secteur agricole et halieutique. Des plans d’actions et des enquêtes ont été mis en place depuis l’année 2020.

La corruption dans le secteur halieutique

Transparency International-Initiative Madagascar (TI-MG) a présenté le Vendredi 19 Mars un atelier sur la restitution nationale des résultats du projet de la lutte contre la corruption dans deux chaînes de valeur telles que la pêche traditionnelle ainsi que la chaîne de valeur « café, vanille, girofle et poivre ». Leurs études sur ces chaînes de valeurs vont de la plantation jusqu’à l’exportation des ressources halieutiques et agrosources. Ils vérifient le traitement des autorisations et les exercices appliqués dans le secteur. Les procédures sont identiques pour chaque chaîne sauf pour la vanille. D’après leurs études, 59% des personnes enquêtés dans la chaîne de valeurs de la pêche traditionnelle sont corrompues et 39% dans celle du Café-Vanille-Girofle-poivre.

Inévitable est de relater que la corruption demeure une évidence trop enracinée dans la vie quotidienne à Madagascar. Cette situation aggrave les inégalités et injustices sociales dans différents secteurs. Selon Lanto Randriamahaleo, Chargée de projet et ressources halieutiques et agricoles au sein de Transparency International Initiative Madagascar, les vols des vanilles restent un fléau pour les planteurs. La vanille est un enjeu décisif à Madagascar et de même pour les planteurs. Madagascar est également localisée au cœur du trafic illégal de vanille.

« Les collecteurs achètent d’importants volumes de plantes »,

a-t-on appris.

Les planteurs sont les principales victimes de ce système de négociation anticonstitutionnelle et de trafics d’inflences.

Abus de pouvoir, trafic d’influence, favoritisme, détournements des biens, fausse déclarations,… La corruption se présente sous différentes formes dans ces chaînes de valeurs. Tous les acteurs sont touchés, des pêcheurs jusqu’aux agents administratifs et les forces de l’ordre. D’après leurs enquêtes sur le coût économique de la corruption, les pêcheurs et les agriculteurs arrivent à payer jusqu’à 50% du droit normal pour obtenir une carte planteur ou une carte pêcheur malgré que l’obtention de ce carte pêcheur soit gratuite. En effet, Ils pratiquent la corruption dès le traitement des autorisations indispensables pour pratiquer la pêche ou l’agriculture. 

Partenariat entre la GIZ et Transparency International-Initiative Madagascar

Plusieurs ateliers ont été organisés dont une enquête concernant l’identification des riques de corruption, une évaluation des coûts de la corruption , la production d’une vidéo de playdoier mais aussi des investigations journalistiques. Transparency International- Initiative Madagascar a bénéficié d’un financement auprès de la GIZ pour la réalisation d’un projet. Ce dernier est axé sur l’amélioration du climat des affaires dans les chaînes de valeur Pêche traditionnelle et Poivre-Café-Girofle-Vanille ainsi qu’à la lutte contre la corruption dans les régions Androy, Anosy et Atsimo Atsinanana. Le but principal est de donner des solutions pour lutter contre la corruption dans le secteur agricole et halieutique dans ces régions.

Recommandations et solutions contre la corruption 

La corruption impact le développement du secteur agricole et halieutique. Cela cause également une fragmentation des habitats aquatiques et des ressources agricoles. Touche la réputation et l’image des acteurs et des entités concernés. 

Des nouvelles mesures ont été adoptés par Transparency International – Initiative Madagascar pour renforcer et améliorer la lutte contre la corruption avec la promotion des principes de la transparence, de redevabilité et d’intégrité ainsi que la participation. Le renforcement des moyens légaux, matériels et financiers sont primordiales mais aussi la mise en place des boîtes de doléances. La promotion de la transparence et transmission des informations sur les procédures et les activités en cours sont également nécessaires.

Princia R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :