Christian Ntsay a été nommé Premier ministre hier par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Il a sept jours pour monter un gouvernement de « consensus ».

English version avalaible on https://www.booknews.today/christian-ntsay-pending-consensus-government/

Lourde tâche pour Christian Ntsay

Former un Gouvernement de consensus et mener à bien les élections électorales. C’est la lourde tâche qui incombe au nouveau Premier ministre, Christian Ntsay, dont le nom a été révélé hier par le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, au Palais de Mahazoarivo. Lourde tâche, car la population, les députés du changement, la société civile mais aussi la communauté internationale, attendent la constitution du nouveau gouvernement avec impatience et rigueur. Le régime n’aura plus droit à l’erreur.

En effet, les députés du changement affirment que la lutte continue, même si les manifestations sur la place du 13 mai ont pris fin. Tels sont les mots du député Brunel Razafitsiandraofa hier, sur le plateau de la chaine privée Viva.

D’autre part, les organisations de la société civile mettent également la pression sur le nouveau Premier ministre.

« Nous considérons que, malgré un non-respect des principes démocratiques et un manque d’inclusivité dans la démarche actuelle de la nomination, le Premier ministre qui vient d’être désigné, à savoir Mr Christian Ntsay est un Technicien, non teinté politiquement et apte à instaurer un Gouvernement et une façon de travailler impartiale. Nous lui souhaitons plein succès dans la lourde responsabilité qui lui incombe et mobilisons encore les Responsables, Leaders politiques et autres acteurs à favoriser la participation de tous dans ce genre de décision. »

Telle est la déclaration issue du communiqué de presse du mouvement Rohy Madagascar, qui a tenu une conférence de presse cet après-midi à Ambatonakanga.

Gouvernement de « consensus »

Après sa nomination, Christian Ntsay a donc sept jours pour monter un gouvernement de « consensus ». Pour les observateurs, il s’agit d’instaurer un gouvernement impartial de Techniciens intègres et compétents. Mais aussi de diriger les élections d’une façon impartiale, tout en laissant une indépendance sans équivoque aux institutions responsables, telles que la Ceni. Des exigences énumérées par le mouvement Rohy Madagascar.

Pour les députés de l’opposition mais aussi la communauté internationale, il s’agit de conduire des élections transparentes et dans le rejet de toute forme de corruption.

La population malagasy attend également un gouvernement « transparent », si l’on peut dire, de cette nomination. Des politiciens qui se battront plus pour le bien de la population que pour les « seza »(1).

Dans toutes ses conditions, l’on s’attend donc à ce que des têtes de l’ancien régime Mahafaly tombent. A dans sept jours.

Tiasy

Cliquez ici pour voir le CV de Christian Ntsay

(1)”seza”: mot malagasy pour définir la chaise, utilisé dans le jargon politique pour désigner aussi les chaises des politiciens


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: